Petite histoire du cinéma scientifique Publié le

Jean Comandon, des microbes sous les sunlights

Médecin et biologiste, Jean Comandon (1877-1970) aménage à partir de 1909 un laboratoire de microcinématographie pour filmer microbes et mouvements du cur. Il réalise ainsi les premiers films sur l'infiniment petit au service de l'éducation à l'hygiène et de l'enseignement. Un épisode de la série "Petite histoire du cinéma scientifique"

Réalisation : Robert Nardone

Production : Cité des sciences et de l 'industrie

Année de production : 2009

Durée : 3min22

Jean Comandon, des microbes sous les sunlights

TITRE:

Jean Comandon

DES MICROBES

SOUS LES SUNLIGHTS

Durée (avec générique début et fin) 03:20

Duration (with credits)

Liste des dialogues

Dialog list

00:15:

En 1910,  La Seine qui a pris ses quartiers dans les rues de la capitale, rend la circulation difficile. La marine nationale a été réquisitionnée afin d'aider les parisiens à se déplacer. Pour se rendre à Vincennes, le biologiste Jean Comandon, a dû emprunter un moyen de transport inhabituel.

00:35

Grâce à l'appui de Charles Pathé, Comandon a aménagé un laboratoire de microcinématographie dans le service de Scientifique de l'usine Pathé de Vincennes.

La microcinématographie est un dispositif, inauguré par Jules Marey et Lucien Bull, qui consiste à associer un microscope et une caméra afin d'étudier les organismes invisibles à l'œil nu.

Comandon est un pionnier de l'usage systématique de la microcinématographie.  En cette année 1910, il réalise l'un des tout premiers films montrant de manière précise ce qui n'était jusqu'alors visible qu'à l'aide du microscope.

01:14

Mobilisé comme médecin-aide-major dans un petit hôpital, Comandon a dû interrompre ses travaux, très important pour la connaissance des mécanismes cellulaires.  Au cours de l'année 1916, il est muté sur le front et assiste impuissant à la boucherie de Verdun.

Intertitre :

Août 1918

La paix est revenue

01:30

En 1926, Pathé-Consortium ne juge pas utile de poursuivre la réalisation de films scientifiques. Contraint d'interrompre une nouvelle fois ses travaux Comandon doit quitter son laboratoire de Vincennes.

Intertitre :

Dans le jardins d'Albert Kahn

01:45

(Sur image jardin Albert Kahn)

Après avoir réalisé plus de 300 films chez Pathé, il trouve refuge chez le banquier Albert Kahn qui lui aménage un studio. Il peut à nouveau continuer ses travaux de biologistes et de cinéaste. (« intertitre » La circulation du sang)

Ses études micro cinématographiques ont notamment permis de mieux analyser la circulation du sang et la décomposition des cellules animales.

Intertitre:

Krach Boursier

1929

02:07

Un nuage noir plane à nouveau sur Comandon. Le krach boursier de 1929 a ruiné le banquier Albert Kahn qui ne peut plus financer ses travaux.. Comandon se retrouve une fois de plus à la rue.

02:20

Fort heureusement, à la demande d'Emile Roux, il entre comme chef de laboratoire à l'Institut Pasteur de Garches, où a été aménagé, à son intention, un laboratoire de cinématographie. C'est là qu'il pourra enfin continuer l'exploration de phénomènes biologiques jusqu'alors difficile à étudier sans le dispositif qu'il a contribué à mettre au point.

02:44

Lucien Bull et Jean Comandon sont morts presque centenaires. Deux savants, à cheval sur le 19éme et le 20éme siècle. Héritiers de Marey, ils ont fait progresser en même temps, la connaissance scientifique et la technique cinématographique.

Réalisation : Robert Nardone

Production : Cité des sciences et de l 'industrie

Année de production : 2009

Durée : 3min22