Vivre avec les robots Diffusé le

Icub, le robot qui apprend

ICub possède le don ultime pour se libérer de sa condition de robot : celui d'apprendre par lui-même comme le ferait un enfant. Avec ces professeurs de l'Institut des systèmes intelligents et de robotique à Paris, il acquiert petit à petit de l'autonomie grâce à la technique dite "développementale" qui lui fournit des mécanismes d'adaptation.

Un épisode de la série "Vivre avec les robots".

Réalisation : Elodie Fertil

Production : Gédéon Programmes, avec la participation d'Universcience

Année de production : 2013

Durée : 5min51

Icub, le robot qui apprend

10 :58 :50

Partout dans le monde, ingénieurs, inventeurs, scientifiques cherchent à perfectionner les aptitudes des robots. En réunissant leurs compétences, il est aujourd’hui possible d’imaginer à quoi ressemblerait le robot parfait.

Choisissez une machine capable d’apprendre par elle-même comme Icub… ajoutez-lui l’aptitude de NAO à reconnaître nos émotions.

10 :59 :12

SONORE

Nao « j’ai reconnu la colère »

10 :59 :13

…Donnez-lui l’agilité d’Asimo pour se déplacer…

Dotez-le d’une intelligence et d’une personnalité comme celle de MINA

10 :59 :22

SONORE

Mina : « I like learning from you human beings. »

10 :59 :24

…Et enfin recouvrez le d’une peau artificielle.

10 :59 :31

Vous voici devant un tout nouvel être qui n’existe pas encore mais avec lequel nous allons  peut-être un jour devoir partager notre vie …

10 :59 :42

Olivier Stasse :

 « Imaginez que ce robot-là soit capable simplement de faire le ménage et la cuisine. Vous lui envoyer un email, en lui disant que vous vouliez un plat le soir et (ITW) quand vous rentrez a la maison, votre appartement est propre et avec le menu. Vous gagnez deux à trois heures par jour de votre vie quotidienne à faire autre chose que ca. »

11 :00 :02

William de Braekeleer:

« Ca va permettre également à des gens de rester chez eux parce qu’il y aura un robot capable de prendre les bonnes décisions, et d’appeler éventuellement un médecin si quelque chose ne va pas. »

11 :00 :12

Franck Guichet :

« On pourrait très bien avoir l’effet inverse, non seulement on règle pas le problème de l’isolement mais en plus on l’accentue. »

11 :00 :18

Vincent Padois:

« Comme c’est pas anodin de mettre un enfant de 6 mois devant une télé, c’est pas anodin de mettre un robot humanoïde dans une famille, dans une entreprise, ça a un impact. Il faut se poser la question de ce qu’il peut être et est ce qu’il est souhaitable. »

11 :00 :32

Marina Maestrutti :

« Je crois qu’on peut pas vivre sans un lien avec les autres. Donc on sera forcément obligé de penser à des solutions qui ne sont pas que techniques. »

11 :00 :41

Alain Herard :

« Est-ce que l’évolution des choses, le progrès va faire qu’il y aura de plus en plus de robots dans nos vie, j’en suis certain. On pourra pas l’empêcher. Et on ne peut pas être pour ou contre. »

11 :00 :51

Bruno Bonnel :

« Aujourd’hui les robots sont capables de comprendre les gestes, sont capables de comprendre la voix, ils seront demain certainement capables de comprendre la pensée. On aura vraiment l’impression qu’ils anticipent nos désirs et qui sait il y aura peut-être certaines personnes qui tomberont carrément amoureux de robot. »

11 :01 :04

Alain Herard :

« Et cela ne va pas s’arrêter car ça ne peut pas s’arrêter… Ca ne peut pas s’arrêter… »

11 :01 :11

Conçus pour participer à notre monde, qu’on les redoute ou qu’on les attende avec impatience, nous allons devoir, nous, les humains, leur faire plus de place et accepter pour de bon l’idée de vivre avec les robots !

11 :01 :25

De quelle manière ? C’est encore à nous d’en décider…

11 :01 :35 Générique FIN

Réalisation : Elodie Fertil

Production : Gédéon Programmes, avec la participation d'Universcience

Année de production : 2013

Durée : 5min51