5G

La procédure d’attribution des fréquences de la nouvelle technologie mobile 5G est officiellement lancée en France le 21 novembre 2019.© AFP/Archives Lionel BONAVENTURE

La procédure d’attribution des fréquences de la nouvelle technologie mobile 5G est officiellement lancée en France : l’Autorité de régulation des télécoms (Arcep) a publié jeudi 21 novembre son cahier des charges, avec quelques semaines de retard et dans un contexte d’intense lobbying de la part des opérateurs.

L’arrivée de la 5G est très attendue car, par les débits importants et le très faible temps de réaction (latence) qu’elle promet, elle est censée accélérer la numérisation de l’économie et permettre à terme le développement de nouveaux services, de la voiture autonome à la santé connectée en passant, par exemple, par une accélération de la robotisation de l’industrie.

La publication du cahier des charges de l’Arcep était prévue initialement début octobre, avec pour ambition d’attribuer officiellement les fréquences dès le début de l’année 2020. Cela devrait désormais intervenir seulement avant le début du printemps. « Les opérateurs n’ont pas répondu d’une voix commune, contrairement aux fois précédentes, ils sont partis divisés. La difficulté a sûrement été de trouver le bon équilibre », a expliqué une source proche du dossier.

Pour la première fois en effet, les opérateurs vont d’abord acquérir un bloc fixe chacun puis enchérir sur la part des fréquences restantes, un modèle inhabituel comparé aux enchères précédentes ou même à ce qui s’est produit ailleurs en Europe.

infographie

Évolution de la vitesse et des caractéristiques des différentes générations de réseaux mobiles © AFP Jonathan WALTER

L’enjeu est de taille : plus que pour les technologies précédentes, la possibilité d’offrir les services promis par la 5G repose avant tout sur la taille des blocs détenus par les opérateurs.

Très vite, deux camps se sont formés, Orange et SFR militant plutôt pour des blocs minimaux de 40 mégahertz (MHz) quand Bouygues Telecom et Free poussaient pour des blocs de 60 MHz.

« L’Arcep a proposé de retenir une taille de bloc de 60 MHz pour répondre à l’ensemble des orientations fixées par le gouvernement », mais ce dernier « a privilégié une taille de bloc de 50 MHz pour atteindre les objectifs qu’il a fixés », explique le régulateur jeudi dans son communiqué.

Des milliards pour l’État

Reste encore à savoir combien cela va coûter aux opérateurs. Parmi les pays européens où l’attribution des fréquences pour la 5G a déjà été réalisée, l’Italie et l’Allemagne sont ceux ayant déboursé le plus, au-delà de 6,5 milliards d’euros.

« Il est indispensable de trouver le bon équilibre entre les enchères et la capacité d’investissement des opérateurs », insiste Arthur Dreyfuss, le président de la fédération française des télécoms (FFT),« nous investissons déjà 10 milliards d’euros par an et nous devrons maintenir ces capacités d’investissement. » Le président de l’Arcep, Sébastien Soriano, prévient aussi dans un entretien avec Le Figaro que si le prix est trop élevé, « le risque est que la bataille soit livrée entre deux opérateurs, et non par quatre, privant les plus petits (Bouygues Telecom et Free, NDLR) de leur capacité de participer aux enchères ».

Le gouvernement devrait préciser le prix dans les tout prochains jours.

Au-delà de la question des blocs et du tarif, le cahier des charges de l’Arcep prévoit toute une série d’engagements de couverture pour les opérateurs. Parmi les plus importants, Orange, Bouygues Telecom, Free et SFR devront couvrir au moins deux villes chacun avant la fin de l’année 2020. Des échéances ont également été prévues pour la couverture des axes de circulation à moyen terme, ainsi qu’un débit minimal de 240 mégabits par seconde (Mbit/s) sur 75 % des sites mobiles à l’horizon 2022.

Pas d’encadrement en revanche à ce stade des fournisseurs d’équipements, alors même que l’un des plus acteurs les plus avancés du secteur, le chinois Huawei, se trouve dans une situation instable aux États-Unis.

Le gouvernement français a fait voter avant l’été une loi sur la sécurisation des réseaux qui doit permettre un contrôle accru des équipements qui seront utilisés, mais les décrets d’applications n’ont toujours pas été publiés, forçant les opérateurs retarder la commande de leurs équipements.