Découvrez les 2717 actus du blob

Le prix Nobel de Médecine a couronné lundi le pionnier de la paléogénomique, le Suédois Svante Pääbo, pour le séquençage complet du génome de l'homme de Néandertal et la fondation de cette discipline qui explore l'ADN du fond des âges pour éclairer les gènes humains d'aujourd'hui.

3-	Le scientifique Suédois Svante Pääbo, couronné lundi par le prix Nobel de Médecine  © Max-Planck/AFP

« Des fouilles archéologiques dans le génome humain ».

« En révélant les différences génétiques qui distinguent tous les humains vivants des homininés disparus, ses découvertes ont donné la base à l'exploration de ce qui fait de nous, humains, des êtres aussi uniques », a salué le jury Nobel. Grâce au séquençage d'un os retrouvé en Sibérie en 2008, le Suédois de 67 ans a également permis de révéler l'existence d'un autre homininé distinct et inconnu jusqu'alors, l'homme de Denisova, qui vivait dans l'actuelle Russie et en Asie. Il a découvert en 2009 qu'un transfert de gènes de l'ordre de 2 % avait eu lieu entre ces homininés disparus, comme Néandertal, et l'Homo sapiens.

2-	Fragments d'os de l'homme de Denisova, une espèce humaine révélée par les travaux du Suédois Svante Pääbo, photo de 2015 © University of Oxford/AFP/Archives Ian Cartwright

Installé en Allemagne où il travaille au prestigieux Institut Max-Planck, Svante Pääbo a comparé lundi ses recherches à des « fouilles archéologiques dans le génome humain ». Ce flux ancien de gènes vers l'homme actuel a eu un impact physiologique sur l'homme d'aujourd'hui, affectant par exemple la façon dont le système immunitaire réagit aux infections. Grâce à la paléogénomique, « nous avons maintenant une certaine capacité à remonter dans le temps et à suivre réellement l'histoire génétique et les changements génétiques », a commenté le chercheur lors d'une conférence de presse à Leipzig (est de l'Allemagne).

Une discipline complexe qui étudie de l’ADN fortement dégradé

Ses travaux ont récemment montré que les malades du Covid-19 portant un segment d'ADN de Néandertal - notamment en Europe, et plus notablement en Asie du Sud - hérité d'un croisement avec le génome humain il y a quelque 60 000 ans, ont plus de risques d'avoir des complications sévères de la maladie.

« Les différences génétiques entre Homo Sapiens et nos plus proches parents aujourd'hui éteints étaient inconnues jusqu'à ce qu'elles soient identifiées grâce aux travaux de Pääbo », a salué le comité Nobel dans sa décision.

Le chercheur suédois a su surmonter les difficultés posées par la dégradation de l'ADN dans le temps : après des milliers d'années, seules des traces demeurent, de surcroît largement contaminées par des bactéries ou des traces humaines modernes. Sa discipline a longtemps été considérée « comme une sorte de curiosité » avant d'acquérir sa légitimité, a-t-il dit aux journalistes.

3-	Des scientifiques collectent des fragments dans la grotte de Denisova en Sibérie, le 23 juin 2021 © Dr Richard G. Roberts/AFP

L'homme de Néandertal a cohabité un temps avec l'homme moderne en Europe avant de disparaître totalement il y environ 30 000 à 40 000 ans, supplanté par Sapiens, aux racines africaines.

Les changements génétiques peuvent aider à comprendre cette évolution et répondre à « la plus grande question » de l'histoire de l'humanité, selon le chercheur : « Pourquoi l'homme est devenu l'homme moderne - et non pas un autre type d'homme - générant des millions et des milliards d'individus et de grandes sociétés ? »