Découvrez les 1644 actus du blob
ecoute

© Getty Images

La musique, c’est bon pour le moral mais aussi pour la santé. Une étude présentée lors des rencontres scientifiques annuelles du Collège américain de cardiologie, en collaboration avec leCongrès mondial de cardiologie, en apporte à nouveau la preuve.

Elle montre qu’une écoute quotidienne peut réduire l’anxiété, la douleur et les problèmes cardiaques subséquents, en particulier les douleurs thoraciques. Elle suggère même que la musique, combinée à des thérapies standard telles que les médicaments, pourrait être une mesure simple et peu coûteuse à mettre en place pour prévenir les problèmes cardiaques et réduire les symptômes des patients.

« Il y a eu très peu d’études analysant les effets de la musique sur les maladies cardiaques », explique Predrag Mitrovic, professeur de cardiologie à l’École de médecine de Belgrade et auteur principal de l’étude. Les chercheurs ont donc décider de mener une étude au long cours sur le sujet : sept ans ! 

Pour cela, ils ont recruté 350 patients ayant eu une crise cardiaque et une angine de poitrine post-infarctus dans un centre médical en Serbie. Tirée au hasard, la moitié des patients a reçu un traitement standard tandis que l’autre moitié assistait à des séances d’écoute musicale régulières tout en suivant le même traitement. Celui-ci consistait à prendre des médicaments tels que nitrates, aspirine, médicaments anti-caillots, bêta-bloquants, statines, inhibiteurs calciques, médicaments hypotenseurs et ranolazine, un médicament anti-angine.

Quant aux patients placés « sous musicothérapie », ils ont d’abord fait un test pour choisir leur genre musical préféré. Puis chaque jour les participants ont été invités à écouter leur sélection musicale chez eux 30 minutes chaque fois qu’ils le souhaitaient, en position assise, les yeux fermés. Les patients ont poursuivi ces écoutes quotidiennes en les consignant dans un journal. Durant la première année, ils retournaient tous les trois mois au centre médical pour des évaluations de suivi — tous les ans par la suite.

Résultat : au bout de sept ans, la musicothérapie s’est avérée plus efficace que le traitement standard seul pour réduire l’anxiété, et la sensation de douleur. Plus précisément, les patients en musicothérapie avaient en moyenne des scores d’anxiété inférieurs d’un tiers à ceux sous traitement standard et signalaient des symptômes d’angine de poitrine inférieurs d’environ un quart.

Ces patients avaient également des taux significativement plus bas de certaines maladies cardiaques : une réduction de 18 % du taux d’insuffisance cardiaque, 23 % en moins de crises cardiaques subséquentes, 20 % en moins de pontages aorto-coronarien et un taux de décès cardiaque inférieur de 16 %.

Predrag Mitrovic explique ces résultats par le fait qu’écouter des mélodies agréables ou relaxantes diminue l’hypertension et la fréquence des battements du cœur (la musique favorise la circulation sanguine). Si on l’apprécie, elle stimule la sécrétion d’endorphine, une hormone du plaisir et du bien-être libérée par le cerveau. Celle-ci provoque alors une dilatation des vaisseaux sanguins. En revanche, il vaut mieux éviter les morceaux qui froissent nos oreilles car le résultat est inverse et les vaisseaux rétrécissent.

Les chercheurs prévoient d’analyser encore les données pour déterminer si la musicothérapie peut présenter des avantages pour d’autres patients d’une certaine tranche d’âge ou ceux souffrant de problèmes de santé comme le diabète.