La boîte noire Publié le

Bactéries à l'unisson

Les déplacements des bactéries semblent aléatoires. Pourtant, de ces trajectoires non rectilignes émerge un mouvement d'ensemble parfait lorsqu'il s'agit, par exemple, de rejoindre de la nourriture, en l'occurence du glucose... D'autres cas sont observables dans la nature, chez les poissons ou les insectes.

Un épisode de la série "La boîte noire".

Réalisation : Jean-Pierre Courbatze

Production : Universcience, Inserm, CNRS Images, Inria, Le Miroir

Année de production : 2014

Durée : 2min45

Accessibilité : sous-titres français

Bactéries à l'unisson

Les bactéries…
Oui : les bactéries, c’est très important. Certaines sont néfastes, mais d’autres nous sont nécessaires. On en a sur la peau, dans la bouche, et bien sûr dans notre tube digestif. On appelle ça la flore intestinale, indispensable pour digérer.

Dans notre corps on a même environ dix fois plus de bactéries que de cellules ! Ça en fait quelque chose comme cent mille milliards.

Et une bactérie, ça se déplace bizarrement.
Ça se déplace aléatoirement.
Mais plus précisément, comme ceci : une ligne droite, et une petite réorientation. Une autre ligne droite, et hop !  A nouveau une réorientation.
Et quand on a tout un groupe… ça met un peu le bazar.
Donnons maintenant à ce petit groupe quelque chose d’appétissant : que va-t-il se passer ?

Mouais… Pas très efficace. Mais comment ça se passerait cette fois avec de vraies bactéries ? Des chercheurs ont fait l’expérience.

Elles sont ici nos petites bactéries individuellement agitées, au bord de ces canaux tout fins.

Vont-elles réussir à déguster le glucose qu’on leur propose ?

Attention… Top départ.

Comme un seul homme !

Visiblement les bactéries savent s’entendre… Enfin, en quelque sorte. Les chercheurs ont pu analyser ce phénomène en rendant certaines bactéries fluorescentes.
En faisant des statistiques, ils ont vu que les trajets rectilignes s’allongent, et que les brusques changements de direction se font davantage vers la nourriture. Les bactéries communiquent en produisant des molécules qu’elles reconnaissent. Ainsi, elles s’attirent les unes les autres.

Dans ce milieu aléatoire, un comportement global émerge. Ça donne un mouvement d’ensemble parfait.

Un mouvement qui ressemble à d’autres mouvements de groupes étonnants qu’on trouve dans la nature. Chez les insectes, mais aussi… chez les poissons par exemple.

L’ordre naît donc parfois du désordre… Enfin, parfois !

Réalisation : Jean-Pierre Courbatze

Production : Universcience, Inserm, CNRS Images, Inria, Le Miroir

Année de production : 2014

Durée : 2min45

Accessibilité : sous-titres français