Jacques a dit Publié le

Du tube cathodique à l’écran LCD

Un smartphone à écran cathodique, l’idée fait sourire, mais sans la technologie des cristaux liquides, point d’écran plat et tactile pour consulter programmes TV et autres vidéos quand je veux et où je veux !

Illustrée par des animations ludiques et des archives de l’Ina parfois détournées, la série « Jacques a dit » dévoile avec humour la multitude de découvertes scientifiques qui se cache derrière l’évidence du smartphone.

Un épisode de la série « Jacques a dit ».

Réalisation : Philippe Cotonnec , Yoann Dhenin

Production : Ina, Universcience, Cnam

Année de production : 2015

Durée : 5min32

Accessibilité : sous-titres français

Du tube cathodique à l’écran LCD

EPISODE 4 : ECRAN LCD

Jacques :

 Yo le jeune, prêt à triper sur ton smartphone !

GENERIQUE

Jacques :

Aujourd'hui, l'écran LCD

Chacun sa route, chacun son écran !

Alors Sherlock, vous êtes sur une piste ? Aah, mais votre écran a disparu ?! Ou alors... Vous avez remonté le temps...  car les tous premiers ordinateurs n'avaient pas d'écrans !

Oui, à cette époque, les seuls écrans étaient les téléviseurs, qui étaient, comment dirais-je, légèrement plus encombrants que l'écran de votre téléphone... Oh, on ne peut décidément rien vous cacher cher Smart. Et malgré sa taille, la télévision a rapidement conquis le grand public.

En témoigne, l'affluence devant les écrans, installés partout dans Paris, lors du couronnement de la reine Elisabeth en 1953.

Archives son in :

Grande journée pour le monde britannique qui vit ses plus belles heures depuis la fin de la guerre, le carrosse historique où on pris place la reine et le duc Edimbourg se dirige vers l’abbaye de Westminster entre deux haies d’une foule tel qu’on en vit jamais !

Jacques :

Mais comme vous pouvez le constater à vos dépends, mon cher Smart, un écran de Smartphone avec un téléviseur, ça ne marche pas !

Dites-nous Professeur Mire, pourquoi ces premiers téléviseurs, dit à tubes cathodiques, ne pouvaient pas être plus petits ?

Et par conséquent, comment une nouvelle technologie, le LCD, est venue les supplanter ?

Professeur Mire :

Merci Jacques, tout d'abord voici pourquoi les écrans à tube cathodique ne pouvaient être plus petits. En effet, il faut bien se représenter le fait suivant :

Sur les anciens téléviseurs, l'affichage repose sur un canon à électrons. Il est composé d'une cathode qui génère des électrons, ensuite focalisés et projetés à très grande vitesse sur un point précis de la surface du téléviseur. C'est donc la projection de ces électrons qui va constituer l'image, et nous voilà dans ton salon !

J'attire maintenant votre attention sur ceci : ces électrons sont dirigés dans un tube - le fameux tube cathodique. Donc plus l'écran est grand, plus on a besoin de recul pour que les électrons se projettent sur l'ensemble de l'écran.

Mais en revanche, même si l'écran est tout petit, il faut toujours un minimum de recul pour installer le tube cathodique !

Vous comprenez donc maintenant pourquoi l'écran à tube cathodique ne peut être intégré à un Smartphone !

Jacques :

Heureusement pour nous, mon cher Smart, on a mis au point le LCD...

Liquid Cristal Display...

Professeur Mire :

He bien oui, les cristaux liquides sont le composant principal des écrans plats...

Les cristaux liquides ont en effet des propriétés optiques et électriques, qui les rendent particulièrement intéressants pour l'affichage. Certains d'entre eux interagissent en effet avec la lumière et cette interaction peut être modulée électriquement.

Un écran LCD repose sur une dalle lumineuse et deux filtres dits "polarisants". Quand la lumière traverse le premier filtre, seule une partie des ondes peut passer. Si on place un second filtre tourné à 90°, toutes les ondes sont arrêtées

C'est là que le cristal liquide intervient. Si on place, entre ces deux filtres, des cristaux liquides qu'on aligne d'une façon particulière grâce à un courant électrique, on fait tourner les ondes lumineuses à cet endroit, et elles peuvent ressortir de l'autre côté !

En faisant varier le courant à différents points de l'écran, on modifie l'alignement des cristaux. On choisit où on pourra faire passer les ondes lumineuses, créant ainsi les fameux pixels !

Plus précisément, chaque pixel est composé de trois points lumineux, un rouge, un vert, un bleu. Ce sont en fait trois filtres de couleur où on choisit de faire passer plus ou moins de lumière. En éclairant chacun de ces filtres, on peut créer toutes les couleurs et avoir ainsi un pixel de la couleur désirée !

Jusqu'à 700 000 pixels composent l'écran d'un Smartphone, permettant notamment de lire des vidéos en HD !

Jacques :

Redoutable...

Professeur Mire :

Ouiii, alliez à cela faible consommation d'énergie, finesse et longévité, et vous comprendrez aisément pourquoi vous retrouvez ces écrans aujourd'hui un peu partout...

Ordinateurs embarqués,

Appareils photo numérique,

Montres,

Et même écrans téléviseurs devenus portables !

Les écrans LCD sont partout !

Jacques :

Alors jeune homme, submergé par le poids l'histoire ?

Smart :

Oh, euhhhhh

Jacques :

Aaaah ! Voilà qui est mieux !

Et maintenant notre rituelle page récréative !

Professeur Mire :

Et c’est ça qu’est chouette !

Les visionnaires du passé :

« Naturellement dans le métro on lira le poste du voisin par-dessus son épaule, et il y aura des faits divers tellement passionnant que… et je ne parle pas du feuilleton… 

-il était devant elle elle était devant lui ils étaient l’un devant l’autre heureux de se sentir émus, émus de se sentir heureux »

Réalisation : Philippe Cotonnec , Yoann Dhenin

Production : Ina, Universcience, Cnam

Année de production : 2015

Durée : 5min32

Accessibilité : sous-titres français