Le Premier ministre britannique Boris Johnson s'exprime lors d'une conférence de presse sur le Covid-19 à Londres le 21 février 2022 © POOL/AFP Tolga Akmen

Le Premier ministre britannique Boris Johnson s'exprime lors d'une conférence de presse sur le Covid-19 à Londres le 21 février 2022 © POOL/AFP Tolga Akmen

Malgré les critiques, le Premier ministre britannique Boris Johnson a annoncé lundi la fin de l’isolement obligatoire pour les cas positifs au coronavirus dès jeudi en Angleterre, mesure clef et controversée de sa stratégie pour vivre avec le Covid-19 comme avec la « grippe ».  

Le Royaume-Uni, parmi les pays les plus durement touchés par la pandémie avec plus de 160 000 morts, a été parmi les premiers en Europe à essayer de revenir à la vie d’avant la pandémie, s’appuyant sur une forte couverture vaccinale.

«La pandémie n’est pas terminée mais grâce à l’incroyable déploiement du vaccin, nous franchissons une étape de plus vers un retour à la normale pour finalement rendre leurs libertés aux gens, tout en continuant à nous protéger et à protéger les autres» a expliqué Boris Johnson dans un communiqué.

La pandémie a fait officiellement au moins 5 884 689 morts dans le monde depuis fin décembre 2019. L’Organisation mondiale de la santé (OMS) estime, en prenant en compte la surmortalité directement et indirectement liée au Covid-19, que le bilan de la pandémie pourrait être deux à trois fois plus élevé que celui qui est officiellement établi.