image légendée

Bételgeuse vue en janvier 2019 et en décembre 2019. Toute la partie sud de l'étoile, en bas à droite , est obscurcie par la poussière ©ESO/ M. Montarguès et al.

Bételgeuse, une brillante étoile de la constellation d’Orion a vu sa luminosité diminuer depuis le mois de novembre 2019 : de la huitième étoile la plus brillante du ciel, elle a "sombré" à la vingt et unième place en quelques mois.

Pour essayer de comprendre ce qui se passe sur cette étoile située à 700 années-lumière, des scientifiques européens ont utilisé l’un des télescopes de 8 mètres du VLT, muni du spectroscope Sphere.

Cet instrument a permis de faire une image, dans le spectre visible de la surface de Bételgeuse, et de confirmer la baisse de sa luminosité entre janvier 2019 et le mois de décembre.

L’image de janvier 2019 montrait une région plus claire vers le pôle nord de l’étoile, alors que celle prise en décembre 2019 et publiée le 14 février dernier, montre que toute la partie sud de Bételgeuse est masquée par ce qui semble être une éjection de poussière dans notre direction.

Une autre image a été acquise quasiment en même temps par un autre instrument, nommé Visir, fonctionnant dans l’infrarouge. Elle montre autour de l’étoile un très vaste nuage de poussière expulsé par Bételgeuse.

Grâce à son gigantisme, son diamètre vaut environ 1000 fois celui du Soleil, Bételgeuse est l’une des très rares étoiles dont certains détails sont observables. Les autres sont trop petites ou trop lointaines pour être autre chose qu’un point au sens mathématique du terme.

Bételgeuse, une supergéante rouge, est suffisamment proche pour que les meilleurs instruments terrestres puissent montrer quelques détails à sa surface. La prochaine génération de télescopes géants permettra d'étendre ces observations à des étoiles plus petites ou plus lointaines.