Découvrez les 2130 actus du blob
illustration

Le président américain Joe Biden lors de la présentation de membres de son équipe sur le climat, le 19 décembre 2020 à Wilmington, Delaware © AFP Alex Edelman

Joe Biden a annoncé mercredi un moratoire sur les forages d’hydrocarbures sur les terres et les eaux fédérales ainsi qu’un sommet international sur le climat en avril, selon un communiqué de la Maison Blanche. Le président démocrate américain doit signer plus tard dans la journée un décret détaillant ces mesures, dont l’organisation par les États-Unis d’un sommet de dirigeants sur le climat le 22 avril, le jour de la Terre. Cette date correspond aussi au cinquième anniversaire de la signature de l’accord de Paris, que les États-Unis ont à nouveau rejoint quelques heures après l’entrée en fonction du nouveau président.

La pause sur l’octroi de nouvelles concessions pour des forages pétroliers et gaziers sur les terres et les eaux appartenant au gouvernement n’aura pas d’impact sur les concessions déjà accordées, mais elle permettra à Joe Biden de tenir une de ses promesses de campagne. 

Les États-Unis vont aussi s’engager à préserver l’intégrité de 30 % des terres et des eaux fédérales d’ici 2030, afin d’enrayer la perte de la biodiversité. M. Biden a également annoncé que les considérations climatiques deviendraient un élément essentiel de la diplomatie et des politiques de sécurité américaines, et qu’il allait reconstituer un conseil scientifique composé d’experts. En outre, le président américain va ordonner aux agences fédérales d’investir dans les zones dépendantes économiquement des énergies fossiles, et le soutien aux populations particulièrement affectées par la crise climatique.

illustration

Une usine de traitement de gaz et de pétrole à Lake Charles, en Louisiane © AFP/Archives C. Khanna

Près d’un quart des émissions de dioxyde de carbone aux États-Unis proviennent d’énergie produite sur des terrains fédéraux, note un rapport gouvernemental de 2018. Et l’octroi de concessions pétrolières, gazières, ou d’extraction de charbon a généré près de 11,7 milliards de dollars de revenus pour le gouvernement américain en 2019, selon les chiffres du département de l’Intérieur. 

Avec cette série de mesures, Joe Biden se rapproche ainsi de manière concrète de son objectif d’abandon progressif des énergies fossiles, et d’une neutralité carbone dans le secteur énergétique d’ici 2035 et dans l’ensemble de l’économie d’ici 2050. 

Le sommet prévu sur le climat sera l’occasion pour la première puissance mondiale de « s’asseoir à la table des discussions avec les autres » afin de faire avancer la lutte contre le réchauffement climatique, avant que se tienne la grande conférence de l’ONU sur le climat (COP26) au Royaume-Uni en novembre, souligne David Waskow du World Resources Institute. 

L’expert s’attend à ce que les États-Unis rehaussent leurs objectifs environnementaux, avec comme horizon potentiel une baisse de 50 % des émissions totales de gaz à effet de serre d’ici 2030, par rapport aux niveaux de 2005.  

Le président démocrate doit par ailleurs présenter au Congrès le mois prochain son plan de 2000 milliards de dollars pour le climat, censé placer durablement les mesures vertes au cœur de l’économie américaine. Il pourrait cependant faire face aux réticences des élus républicains, même si un accord bipartite reste envisageable.