Découvrez les 2114 actus du blob
seringue

Un soignant prépare une seringue avec une dose de vaccin contre le coronavirus à Francfort, le 23 novembre 2021 © AFP Thomas Lohnes

Malgré les mouvements anti-restrictions, l’Europe doit prendre « urgemment » des mesures face à la nouvelle vague de Covid-19, a estimé une agence de l’UE mercredi, au lendemain d’un avertissement de l’OMS sur le risque d’une nouvelle hécatombe cet hiver. Avec plus de 2,5 millions de cas et près de 30 000 morts enregistrés depuis une semaine, le Vieux Continent est de loin la région du monde la plus touchée par la pandémie, selon les données officielles collectées par l’AFP. Et la tendance reste à la hausse, notamment dans les pays où le taux de vaccination est le moins élevé. Mardi, l’OMS Europe s’était alarmée de l’« emprise » du Covid-19 en Europe, qui pourrait faire 700 000 morts supplémentaires sur le continent d’ici au printemps, en plus des 1,5 million de décès déjà dénombrés.

Le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC), l’agence sanitaire de l’UE chargée des épidémies, a embrayé mercredi en appelant à combler les trous en matière de vaccination, mais aussi à prendre des « mesures non pharmaceutiques », terme générique désignant les restrictions anti-Covid. Malgré les protections de la vaccination, plusieurs pays européens ont déjà dû renouer avec des restrictions importantes, après plusieurs mois de relâchement.

L’Europe fait face à « un risque de fardeau très élevé » en décembre et en janvier « si des mesures de santé publiques ne sont pas appliquées urgemment », a averti l’ECDC, dont les avis sont consultatifs.

Le niveau général de vaccination dans l’UE, encore inférieur à 70 % de la population totale, « laisse un large fossé vaccinal qui ne peut pas être comblé rapidement et donne un vaste espace au virus pour se répandre », souligne l’agence.

Ecarts vaccinaux 

Dans l’Union européenne, 67,7 % de la population a reçu deux doses de vaccin mais les écarts sont vertigineux entre les pays. Selon les chiffres de mardi, seuls 24,2 % des Bulgares sont vaccinés contre 86,7 % des Portugais.

« Nous devons urgemment nous concentrer pour combler ce retard d’immunité, proposer des doses +booster+ à tous les adultes et réintroduire des mesures non pharmaceutiques », a déclaré la directrice de l’ECDC, Andrea Ammon.

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a repris la recommandation de l’ECDC d’une dose de rappel de vaccin anti-Covid pour tous les plus de 18 ans, avec une priorité aux plus de 40 ans. « Nous devons augmenter les vaccinations pour contrôler la pandémie », a reconnu la cheffe de l’exécutif européen.

La Suède a annoncé mercredi matin offrir une troisième dose à toutes les personnes majeures. La France s’apprête elle à annoncer jeudi de nouvelles mesures, dont « l’accélération » de la vaccination, le « renforcement du pass sanitaire » et « le renforcement des mesures barrières » comme le port du masque. Selon l’OMS, la hausse en Europe s’explique par la combinaison de la prévalence du variant Delta, hautement contagieux, d’une couverture vaccinale insuffisante et de l’assouplissement des mesures anti-Covid. Si la hausse des cas concerne presque tout le continent, les pays d’Europe centrale, l’Europe de l’Est et la Russie affichent les bilans les plus lourds, du fait notamment de couvertures vaccinales plus faibles.

En Russie, des médecins réputés ont invité mercredi des célébrités et politiques opposés aux vaccins à se rendre dans des hôpitaux soignant des malades du Covid-19, afin de voir de leurs propres yeux les effets de la maladie. « Nous sommes tous actuellement un peu occupés et vous pouvez deviner pourquoi », écrivent-ils dans une lettre aux anti-vaccins. L’Allemagne, parmi les pays les plus touchés actuellement dans l’UE, a décidé mercredi de prolonger ses aides aux entreprises jusqu’en avril 2022, a annoncé le gouvernement sortant.

Sur fond de lassitude générale des populations, le combat contre la pandémie doit faire face au réveil de mouvements anti-restrictions qui se sont manifestés ces dernières jours en Autriche ou aux Pays-Bas, parfois violemment. Aux Antilles françaises, de nouvelles violences en Martinique dans la nuit de mardi à mercredi ont fait neuf blessés parmi les forces de l’ordre, en marge d’un mouvement de grève et de protestation contre l’obligation vaccinale et les suspensions de soignants, mais aussi sur le coût de la vie.