English content

Une tombe datant de plus de 2 000 ans a été dévoilée vendredi par le ministère égyptien des Antiquités dans le gouvernorat de Sohag (centre), où les autorités espèrent attirer les touristes.

Un membre des forces de sécurité égyptiennes à l'entrée d'une tombe datant de 2.000 ans dévoilée le 5 avril 2019 à Akhmim  © AFP Khaled DESOUKI

Un membre des forces de sécurité égyptiennes à l’entrée d’une tombe datant de 2 000 ans dévoilée le 5 avril 2019 à Akhmim © AFP Khaled Desouki

Pour relancer son secteur du tourisme moribond, le gouvernement égyptien dévoile régulièrement à la presse des « découvertes » archéologiques, d’une importance variable selon les spécialistes. « Des archéologues ont déterré une incroyable tombe datant de l’ère ptolémaïque (323 à 30 avant JC) », a indiqué le ministère dans un communiqué. Cette tombe est située à Al-Diabat, dans la ville d’Akhmim (gouvernorat de Sohag), a-t-il précisé. Une momie humaine et plus de 50 momies de souris, de faucons et de chats y ont été découvertes, selon le ministère.

Des momies découvertes dans une tombe datant de l'ère ptolémaïque, le 5 avril 2019 à Al-Diabat, près de la ville d'Akhmin, en Egypte  © AFP Khaled DESOUKI

Des momies découvertes dans une tombe datant de l'ère ptolémaïque, le 5 avril 2019 à Al-Diabat, près de la ville d'Akhmin, en Égypte © AFP Khaled Desouki

« C’est l’une des découvertes les plus passionnantes dans cette région », s’est félicité le secrétaire général du Conseil suprême des antiquités, Mostafa Waziri. Selon le ministère, la tombe appartiendrait à un haut responsable de l’époque. La momie de sa femme n’a pas été retrouvée. Le ministère a ajouté que l’événement de vendredi était destiné à « attirer l’attention du monde sur la civilisation et les antiquités de l’Égypte ». Selon lui, Sohag est « l’une des villes les plus riches d’Égypte historiquement ». Il s’est notamment félicité de l’ouverture d’un musée dans la ville en 2018. 

Des momies d'animaux découvertes dans une tombe datant de l'ère ptolémaïque, le 5 avril 2019 à Al-Diabat, près de la ville d'Akhmin, en Eqypte  © AFP Khaled DESOUKI

Des momies d’animaux découvertes dans une tombe datant de l’ère ptolémaïque, le 5 avril 2019 à Al-Diabat, près de la ville d’Akhmin, en Égypte © AFP Khaled Desouki

Les autorités ont considérablement renforcé leur communication autour des découvertes archéologiques, mais le pays a souvent été accusé de négligence et d’un manque de rigueur scientifique. Les sites archéologiques constituent pour l’Égypte un argument majeur face à la concurrence d’autres destinations touristiques. L’instabilité politique et les attentats ont porté un coup dur au tourisme dans le pays depuis la révolution de 2011. Le secteur a toutefois connu une relative amélioration ces dernières années.