volcan

Le volcan Anak Krakatau vu du ciel par satellite, le 13 avril 2020 © NASA Earth Observatory image by Lauren Dauphin, using Landsat data from the U.S. Geological Survey.

Depuis le 10 avril dernier, le volcan indonésien Anak Krakatau est à nouveau entré en éruption. Situé dans le détroit de la Sonde, à mi-chemin entre l'île de Sumatra et de Java, c’est l'un des volcans actifs les plus violents au monde et, de fait, particulièrement surveillé. De type "explosif", il a d’ailleurs engendré un tsunami meurtrier en décembre 2018 , tuant près de 430 personnes dans la région.

Au début de l'année, le volcan indonésien a produit de plusieurs panaches et coulées de lave. Mais un regain d’activité notable est apparu au printemps. Le 10 avril, deux éruptions plutôt modestes ont été observées à environ une heure d’intervalle. La première a projeté des cendres et de la fumée à 200 mètres de hauteur pendant un peu plus d'une minute. La seconde a généré un panache de fumée atteignant 500 mètres d'altitude, ainsi qu'une colonne de cendres pendant presque de 40 minutes.

volcan

Panaches de fumée du volcan indonésien Anak krakatau vues du ciel par satellites, deux jours après une eruption © NASA Earth Observatory image by Lauren Dauphin, using Landsat data from the U.S. Geological Survey.

Deux jours après l’éruption, le site NASA Earth Observatory a révélé un point de vue inhabituel du volcan toujours en activité. Ces clichés spectaculaires du sommet de l’Anak Krakatau ont été grâce à l’Operational Land Imager (OLI), un instrument de télédétection présent à bord du Landsat 8, un satellite d’observation de la Terre (NASA et USGS) en service depuis 2013.  

Opportunité que n’a pas laissé échapper non plus une équipe de l’USRA (University space research association) basé au Goddard Space Flight Center de la NASA chargée d’analyser les données satellites pour étudier les volcans. Les chercheurs ont ainsi pu mesurer la hauteur de ces panaches avec le capteur du spectroradiomètre imageur multi-angles (MISR) du satellite Terra (NASA). Ils ont également observé sa forme, sa taille ainsi que les particules émises.

La couleur du panache indique, selon Verity Flower, responsable de l’équipe, qu’il est composé principalement de vapeur d’eau et de gaz. De petites particules réfléchissantes le font apparaitre blanc. Quant aux particules de cendres grises ou brunes émises par le volcan, plus lourdes, elles sont restées plus basses dans l’atmosphère, transportées vers le nord par des vents proches de la surface.

Pour le moment, l’éruption n’a rien d’inquiétant, si ce n’est que le magma continue de remonter dans l’édifice volcanique selon le communiqué de Magma Indonesia, organe officiel du ministère de l’Énergie et des ressources minérales d’Indonésie. L’archipel est cependant pour l’heure interdit d’approche avec un niveau d’alerte à 2 sur une échelle de 4.