Découvrez les 2717 actus du blob
medicament

Faute d'appliquer d'ici la fin de l'année une règle européenne sur la contrefaçon de médicaments, la France encourt "de lourdes sanctions" de Bruxelles © AFP/Archives Christophe Archambault

Faute d'appliquer d'ici la fin de l'année une règle européenne sur la contrefaçon de médicaments, la France encourt « de lourdes sanctions » de Bruxelles, a averti lundi le ministre de la Santé, François Braun, annonçant à son tour « des sanctions » pour les pharmaciens récalcitrants.

Cette réforme, appelée « sérialisation », consiste à ajouter un pictogramme noir et blanc (dit « datamatrix ») sur chaque boîte de médicaments, pour tracer son parcours de l'usine à l'officine et lutter ainsi contre les contrefaçons à l'échelle européenne. Actée depuis 2011 par une directive de Bruxelles, la mesure est entrée en vigueur début 2019. Mais « la France est à la traîne sur ce sujet, loin derrière absolument tous les autres pays de l'Union européenne », a souligné M. Braun lors d'un colloque de l'Ordre des pharmaciens.

« Ce retard expose la France à de lourdes sanctions de la part de la Commission européenne, de l'ordre de plusieurs centaines de millions d'euros », a-t-il ajouté. Le ministre a par conséquent averti « avec résignation » que le gouvernement appliquerait « des sanctions très prochainement pour les pharmaciens qui ne répondraient pas à leurs obligations ».

A ce jour, un peu plus de 56% des officines sont dans les clous et connectées au répertoire national de vérification des médicaments (lui-même relié au fichier européen), selon le dernier pointage de la FSPF, premier syndicat des pharmaciens. L'objectif des 80% « à la fin novembre » semble hors de portée, car il faudrait en raccorder « près de 5.000 » supplémentaires, quand « seules 213 » ont franchi le pas sur les deux premières semaines du mois, précise la FSPF sur son site internet.

« Il est urgent que tous les pharmaciens se connectent », alerte pour sa part l'Uspo, second syndicat de la profession, rappelant dans un message à ses adhérents qu'il ne leur reste « plus que quelques jours pour éviter de lourdes sanctions ».