image légendée

Puce utilisée dans l’ordinateur quantique de Google © John M. Martinis/Google

Les chercheurs de Google affirment qu’ils ont atteint la suprématie quantique : l’annonce, publiée dans Nature le 23 octobre et commentée sur le site de la revue, fait suite à une fuite dans la presse il y a cinq semaines, que Google n’avait pas commentée à l’époque.

Dans une première mondiale, une équipe dirigée par John Martinis, physicien expérimental à l’université de Californie à Santa Barbara et Google à Mountain View (Californie) affirme que son ordinateur quantique a effectué un calcul spécifique qui dépasse les capacités pratiques des machines ordinaires. Le même calcul prendrait au meilleur supercalculateur quelque 10 000 ans, annonce l’article.

« Il semble que Google nous ait donné la première preuve expérimentale que l’accélération quantique est réalisable dans un système réel », commente Michelle Simmons, physicienne quantique à l’université de Nouvelle-Galles du Sud à Sydney (Australie). 

Alors que Google a annoncé avoir atteint la « suprématie quantique », la physicienne Pascale Senellart-Mardon nous présente les enjeux industriels de cette révolution.

Dans l’immédiat, les applications pratiques de cette nouvelle machine restent limitées. La portée de l’annonce de Google reste par ailleurs débattue ; ainsi, IBM, rival de Google dans la course aux ordinateurs quantiques, conteste l’estimation de 10 000 ans : pour IBM, le problème pourrait être résolu en seulement deux jours et demi grâce à une technique classique différente.

Si cela était vrai, l’annonce de Google relèverait plus d’un « avantage quantique », c’est-à-dire un gain de rapidité prodigieux, que de la « suprématie quantique », c’est-à-dire la réalisation d’opérations inaccessibles à un ordinateur ordinaire. Mais dans tous les cas, c’est une première.