Découvrez les 1341 actus du blob
illustration

La future génération de réseaux mobiles 5G entamera le 29 septembre une nouvelle étape indispensable aux premiers déploiements attendus à la fin de l’année © AFP/Archives L. Bonaventure

La future génération de réseaux mobiles 5G entamera le 29 septembre une nouvelle étape indispensable aux premiers déploiements attendus à la fin de l’année, avec le coup d’envoi de l’enchère principale d’attribution de ses fréquences, qui devrait rapporter plusieurs milliards d’euros à l’État.

Initialement prévue en avril mais repoussée en raison de l’épidémie, cette phase d’enchères, qui débutera le 29 septembre, doit permettre d’attribuer aux opérateurs 11 « blocs » de fréquences aujourd’hui inutilisés, et ouvrir la voie à de premiers services 5G commerciaux dans certaines villes. « Oui, les enchères auront lieu. (...) Elles dureront le temps que les différents opérateurs concourent et augmentent les prix pour avoir une quantité de fréquences plus ou moins importante », a déclaré Sébastien Soriano, le président du régulateur des télécoms (Arcep), lundi sur France Info.

Pour mettre en place un nouveau réseau mobile, chaque opérateur (Orange, SFR, Bouygues Telecom et Free) doit acquérir le droit d’émettre des ondes « hertziennes » sur une certaine fréquence. Toutes les générations de réseaux cellulaires se sont appuyées sur des ondes radio modulées à des fréquences de plus en plus élevées pour transmettre plus de données en moins de temps. La première génération de téléphonie mobile permettait de passer des appels, la 2 G d’y ajouter du texte, la 3 G de commencer à envoyer des images et la 4 G de développer l’internet mobile et les usages vidéo. À terme, la 5G doit tout accélérer, démultiplier la vidéo (y compris les jeux vidéo), désengorger les réseaux mobiles dans certaines zones, et connecter tout ce qui ne l’est actuellement pas : les usines, les transports, les véhicules autonomes, la santé, etc.

illustration

Évolution de la vitesse et des caractéristiques des différentes générations de réseaux mobiles © AFP J. Walter

La 5G sera lancée en France en utilisant d’abord la bande de fréquences allant de 3,4 à 3,8 gigahertz (GHz) sur le spectre électromagnétique, qui classe les différents rayonnements des rayons X aux micro-ondes en passant par la lumière visible. Les quatre opérateurs ont obtenu chacun un bloc de 50 mégahertz (MHz) dans cette bande, au prix fixe de 350 millions d’euros. En ajoutant les enchères qui démarreront le 29 septembre pour 110 MHz supplémentaires, l’État espère encaisser 2,17 milliards d’euros au minimum.

L’enchère principale sera suivie d’une « enchère de positionnement » permettant aux opérateurs de choisir s’ils préfèrent se situer au centre de la bande ou à ses extrémités, plus propices aux interférences avec d’autres services, a précisé l’Arcep. Ces enchères ne concernent pas la bande dite des 26 GHz, qui ne fait pour l’instant l’objet que d’expérimentations car ses effets potentiels sur la santé ont été moins étudiés et sont donc moins bien connus. Ce sont pourtant ces fréquences dites « millimétriques » qui doivent apporter une réelle révolution des télécommunications, avec des débits de données inégalés et une latence minimale.

La 5G suscite toutefois l’hostilité d’une partie de l’opinion et de plusieurs responsables politiques locaux ou d’ONG, qui mettent en question l’intérêt pour la société de cette nouvelle technologie, en invoquant des risques pour la santé ou un bilan environnemental défavorable. Certains ont demandé un moratoire sur l’attribution des fréquences de la bande des 3,4-3,8 GHz.

Mais le gouvernement a souhaité maintenir son calendrier sans attendre le prochain rapport de l’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) prévu début 2021, mettant en avant notamment le fait que la plupart des pays avancés ont déjà attribué ces fréquences et sont plus avancés dans le processus de mise en place de la 5 G. « La 5 G est d’abord un projet industriel », qui « n’est pas imposé par l’État », a répondu Sébastien Soriano, invitant les opérateurs au dialogue avec les élus locaux. M. Soriano a également envisagé l’instauration « d’objectifs de stabilité, voire de décroissance » de l’empreinte carbone des réseaux.