image légendée

Décollage le 27 décembre de la fusée CZ-5 pour son troisième tir d’essai © CCTV

Le lancement réussi de la troisième fusée Longue Marche 5 permet à la Chine d’envisager les années à venir avec confiance. 

Le 27 décembre, le pays a en effet procédé au troisième lancement de CZ-5, un lanceur capable de placer 23 tonnes en orbite basse et de lancer près de dix tonnes en direction de la Lune. Le premier essai du lanceur, en novembre 2016, s’était correctement passé et la charge utile, un satellite expérimental, avait bien été mis sur orbite. En revanche, le deuxième tir de la fusée, le 2 juillet 2017, s’était soldé par un échec en raison d’un mauvais fonctionnement du premier étage.

Le tir suivant a été annulé. Depuis, les turbopompes du premier étage, causes du dysfonctionnement, ont été modifiées et testées et le troisième tir reprogrammé pour le 27 décembre.

Ce dernier tir a eu lieu alors que la nuit était tombée sur la base de lancement de Wenchang, dans le sud de la Chine. Diffusé en direct, il s’est parfaitement bien déroulé, et le satellite de communication militaire qui en était la charge utile a été placé sur l’orbite visée.

C’est, pour les Chinois, un grand soulagement, car CZ-5 constituera le fer de lance du programme chinois d’exploration spatiale. Cette fusée doit notamment lancer la première vraie sonde martienne chinoise, entre juillet et août 2020. La prochaine mission lunaire doit aussi utiliser ce type de lanceur : Chang’E 5 doit, en décembre prochain, se poser sur la Lune, puis redécoller et rapporter sur Terre quelques centaines de grammes de poussière lunaire.

C’est aussi CZ-5 qui doit, à partir de 2021, mettre en orbite les modules qui permettront d’assembler la future station spatiale chinoise en orbite terrestre.