image légendée

Seiche © Hans Hillewaert/CC

La seiche forme des tentacules grâce aux mêmes gènes qui dirigent la croissance des bras chez les humains et des pattes chez les araignées. C’est un constat plutôt étonnant, car jusqu’à présent, les biologistes de l’évolution pensaient plutôt que les membres avaient évolué indépendamment chez les céphalopodes – comme la seiche et la pieuvre – les arthropodes – comme les araignées – et les vertébrés, comme les mammifères.

Cependant, l’équipe de Martin Cohn, de l’université de Floride à Gainesville, a montré que les mêmes gènes étaient actifs pendant la formation des tentacules chez la seiche et le développement des pattes ou des bras chez les vertébrés et les arthropodes. En bloquant ces gènes, l’équipe a pu confirmer qu’ils avaient des fonctions similaires dans les différents groupes. Ainsi, le gène qui contrôle le nombre de doigts chez les êtres humains contrôle aussi le nombre de rangées de ventouses chez la seiche.

Ce résultat suggère que les programmes génétiques à l’origine du développement des appendices ont été conservés pendant plus de 500 millions d’années, même si les appendices eux-mêmes se sont diversifiés.