image légendée

Vue d’artiste de la sonde New Horizons © Johns Hopkins University Applied Physics Laboratory/Southwest Research Institute

Sur Pluton, une structure en forme de cœur a été découverte par la sonde New Horizons au mois de juillet 2015. Il s’avère que cette formation régit la circulation atmosphérique de la planète naine.

C’est en fait la partie gauche de ce cœur qui influe sur le climat. Cette région, nommée Sputnik Planitia, est une vaste plaine de près de 1000 kilomètres de large, composée de glaces d’azote, de méthane et de monoxyde de carbone. Durant la journée locale, l’azote se réchauffe partiellement et se transforme en gaz, alors que la nuit, il se condense et redevient solide – un mécanisme comparable aux mouvements d’un cœur envoyant les vents d’azote autour de Pluton.

Les travaux des chercheurs de l’Ames Research Center, en Californie, montrent que ces vents poussent l’atmosphère ténue de Pluton à circuler dans la direction opposée à sa rotation, un phénomène qu’on retrouve sous une forme légèrement différente sur la planète Vénus.

image légendée

La région de Sputnik Planitia occupe la partie supérieure et à droite de l’image. Cette gigantesque étendue d’azote gelé induit des changements climatiques sur la planète naine © Nasa

Non loin de la surface, l’atmosphère transporte des grains et des particules de poussière et les dépose plus loin, créant des stries sombres dans les plaines au nord et au nord-ouest de Sputnik Planitia.

L’analyse des données de New Horizons montre ainsi que sur une planète naine, à l’atmosphère beaucoup moins dense que la nôtre, et par une température glaciale, il peut exister une météo changeante, susceptible, avec le temps, de modifier les paysages. Pluton, comme la Terre, est donc une planète active.