Découvrez les 2005 actus du blob
image légendée

La capsule serait placée au-dessus de la cabine du conducteur @ François Maréchal/EPFL

Le concept est celui d’un cercle vertueux : réduire de près de 90 % les émissions de dioxyde de carbone des poids-lourds, en le capturant à même le pot d’échappement, en le le liquéfiant dans un boîtier situé sur le toit du véhicule puis en le stockant sous forme liquide à bord du véhicule. Une fois retourné à la pompe, le CO2 liquide pourrait être à nouveau transformé en carburant, et ce en recourant à des sources d’énergie renouvelables : « Il suffira que le camion le dépose au moment de faire le plein », explique François Maréchal, directeur du groupe Ingénierie des procédés et des systèmes énergétiques de la Faculté des sciences et techniques de l’ingénieur (École polytechnique fédérale de Lausanne, EPFL), qui a coordonné les recherches ayant donné lieu au dépôt du brevet. 

La totalité du procédé serait effectuée dans une capsule de 2 mètres x 0,9 mètre x 1,2 mètre posée au-dessus de la cabine du conducteur : « Le poids de la capsule et du réservoir ne représente que 7 % de la charge utile du véhicule, précise François Maréchal, Le processus en lui-même est peu énergivore, grâce à l’optimisation de toutes les étapes ». Un camion consommant 1 kilo de carburant conventionnel permettrait de produire 3 kg de CO2 liquide, et la transformation s’effectuerait sans pénalité énergétique, estiment les chercheurs. 

En Europe, les transports sont responsables de près de 30 % des émissions totales de CO2 fossile, et 72 % de ces émissions proviennent du transport routier. Et si l’électrification du transport individuel permet de réduire la pollution aérienne, la réduction des émissions du transport des marchandises – par camion ou bus – est plus problématique. Or ce nouveau système fonctionnerait sur tous les véhicules poids-lourds, mais aussi les cars et même les bateaux, quel que soit le carburant utilisé. En outre, il permettrait, contrairement aux solutions électriques ou à hydrogène, de conserver la flotte actuellement en circulation, tout en la rendant neutre en termes d’émissions carbone.