Image légendée

Vue d’artiste du survol, par la sonde New Horizons, de Arrokoth, anciennement baptisé Ultima Thulé. © NASA/JHUAPL/SwRI

Ne l’appelez plus « Ultima Thulé ». Dans une cérémonie tenue par la Nasa le 12 novembre, l’objet céleste découvert en 2014 est officiellement rebaptisé « Arrokoth », terme qui signifie « ciel » dans les langues amérindiennes Powhatan et Algonquian. Un changement de nom qui fait suite à une controverse liée à de sombres connotations.

Le 1er janvier 2019, la sonde New Horizons de la Nasa survole l’objet 2014 MU69. Situé dans la ceinture de Kuiper à une distance d’environ 6,4 milliards de kilomètres de la Terre, il devient le corps céleste le plus lointain jamais exploré par l’humanité. Cet objet aux confins du système solaire avait inspiré à l’équipe de New Horizons le surnom d’« Ultima Thulé », en référence à une île froide et lointaine de la mythologie grecque. Sur les cartes européennes du Moyen-âge, Ultima Thulé désigne ce territoire aux frontières du monde connu.

L’idée était belle, mais elle a rapidement suscité de vives réactions en raison de connotations beaucoup plus sombres. Le mythe de Thulé a en effet traversé les siècles pour être adopté par la mythologie et la propagande nazie. Thulé est alors devenu le berceau légendaire de la « race aryenne ». Un symbole qui, tout comme le svastika, est resté populaire dans les milieux d’extrême droite.

La Nasa évite soigneusement de mentionner cette polémique. Elle indique seulement avoir puisé le nom « Arrokoth » dans les langues de tribus amérindiennes du Maryland, région où se situent les centres de recherche qui opèrent la mission New Horizons et le télescope Hubble à l’origine de la première découverte de l’objet. Ayant obtenu l’accord de la tribu Powhatan, ce choix devrait s’avérer plus consensuel. Il est désormais entériné par le Centre des planètes mineures de l’Union Astronomique Internationale.

Les objets comme Arrokoth sont considérés comme les vestiges glacés de la formation du système solaire. Au cours de son bref survol, New Horizons a enregistré de nombreuses données et permis de mieux observer sa forme particulière constituée de deux lobes aplatis. Les scientifiques espèrent que les informations transmises par la sonde permettront de mieux comprendre la formation des planètes.

Quelques mois avant le survol de l'objet par New Horizons, des astronomes se sont réunis au Sénégal pour préparer cette rencontre inédite. Le blob consacrait un reportage à cette mission exceptionnelle de la Nasa made in Africa.