Découvrez les 1834 actus du blob
atmosphere

Vue des étoiles et de l'atmosphère terrestre depuis la Station spatiale internationale en janvier 2020 © NASA/AFP/Archives Handout

Une bactérie a survécu trois ans dans l’espace lors d’une expérience menée à bord de la station spatiale internationale (ISS), suggérant que des formes simples de vie pourraient voyager d’une planète à une autre, ont indiqué mercredi les scientifiques japonais auteurs de cette étude.

Cette découverte conforte la théorie selon laquelle de micro-organismes pourraient véhiculer la vie d’une planète à l’autre, selon les auteurs. Pour tester cette hypothèse, les chercheurs ont déposé une bactérie, appelée Deinococcus radiodurans, à l’extérieur de l’ISS, à une altitude de 400 km. En dépit d’un environnement extrême, avec une très forte exposition aux ultra-violets et de grandes amplitudes de températures, la bactérie a survécu trois ans.

« Je savais qu’elle survivrait après diverses expériences en laboratoire, mais quand elle est revenue vivante, j’ai été soulagé », a déclaré l’auteur de l’étude, Akihiko Yamagishi, professeur émérite à l’université de pharmacie et de sciences de la vie de Tokyo. « Tout le monde pense que l’origine de la vie se trouve sur terre, mais de nouvelles découvertes indiquent que la vie aurait aussi pu commencer sur d’autres planètes », a ajouté le professeur.

Des bactéries auraient ainsi pu faire le voyage de Mars – à une époque où il y aurait eu une forme simple de vie microbienne sur la planète rouge – jusque la Terre. L’universitaire et son équipe, dont l’étude a été publiée par la revue  Frontiers in Microbiology  espèrent mener d’autres expériences similaires en exposant la bactérie à des radiations encore plus fortes.