cimetière Greenwood à New York

Un mémorial dédié aux personnes décédées du Covid-19 au cimetière Greenwood à New York, le 28 mai 2020 © AFP Angela Weiss

Le nombre de morts du coronavirus s’est aggravé vendredi en Russie et sur le continent américain pendant que l’Europe poursuit son déconfinement et que l’Asie connait un regain d’inquiétudes. En cinq mois, depuis l’apparition déclarée fin décembre du coronavirus à Wuhan (Chine) jusqu’à fin mai, la maladie Covid-19 a tué environ 360 419 personnes et en a infecté plus de 5,8 millions. Des chiffres officiels, sans doute en-deçà de la réalité.

L’Europe, durement frappée avec plus de 176 000 décès et 2,1 millions de cas, continue à se déconfiner après avoir connu un ralentissement de la propagation du virus. L’Autriche rouvre ses hôtels et infrastructures touristiques et la Turquie, partiellement, ses mosquées. Le Royaume-Uni et la France ont annoncé jeudi de nouveaux assouplissements. Ecoles et commerces britanniques pourront rouvrir à partir de lundi. Musées, parcs, cafés et restaurants français rouvriront mardi – seulement en terrasse à Paris –, ce sera aussi la fin de la limitation à plus de 100 km de son domicile. Et l’Europe se remet à jouer au football. Après l’Allemagne mi-mai et l’Espagne, l’Angleterre et l’Italie ont annoncé à leur tour jeudi la reprise en juin de leurs championnats.

La Russie a enregistré un nouveau record quotidien de décès (232), portant le total à 4374 morts et 387 623 cas, troisième pays au monde le plus touché derrière les États-Unis et le Brésil. Selon les données publiées vendredi, l’épidémie semble stabilisée, avec 8572 personnes testées positives en 24 heures, un niveau stable depuis une dizaine de jours.

métro Moscou

Des employés en combinaison protectrice désinfectent une station de métro à Moscou, le 28 mai 2020 © AFP Dimitar Dilfkoff

Evolution de la pandémie aux Amériques

Le continent américain, lui, connaît une propagation toujours rapide du coronavirus, avec de nouveau plus de 1000 décès en 24 heures aux Etats-Unis et au Brésil. Les Etats-Unis, pays de loin le plus touché (plus de 1,7 million de cas), avaient répertorié moins de 700 décès quotidiens pendant trois jours, mais la courbe est repartie à la hausse mercredi et jeudi, avec respectivement 1401 et 1297 morts. Et le seuil symbolique des 100 000 décès a été franchi.

Le Brésil aussi a déploré jeudi, pour la sixième fois de suite, plus de 1000 morts en 24 heures, avec un total de 26 754. Il a aussi connu un record quotidien de contaminations (26 417), pour un total frôlant désormais les 440000. Dans un pays où les tests manquent, les chiffres réels pourraient être quinze fois pires, selon les scientifiques. La crise sanitaire se double parfois d’une crise alimentaire, comme dans le Nord-Est du Brésil. « En 26 ans, je n’ai jamais vu autant de gens vivre dans l’angoisse ou être affamés », décrit Alcione Albanesi, fondatrice de l’organisation caritative Amigos do Bem.

Des pays comme le Chili et le Pérou ont enregistré jeudi soir de nouveaux records nationaux, le premier en termes de décès (49), le second de contaminations (5874). Certains pays s’en sortent mieux, comme la Bolivie (environ 300 décès et 5400 cas), au point d’annoncer jeudi un assouplissement du confinement à partir de lundi.

Alertes en Iran et en Asie

Au Proche-Orient, l’Iran – qui a assoupli ses restrictions depuis mi-avril – avertit d’une détérioration dans certaines régions et affiche la plus forte hausse quotidienne des cas en près de deux mois (2819 pour un total de 146 668).

L’Asie, continent touché le premier et qui semblait en voie d’être débarrassé du virus, vient de connaître deux alertes.

La Corée du Sud, souvent citée en exemple pour avoir jugulé la maladie, a rétabli des restrictions alors qu’elle commençait à retrouver une vie normale après avoir été en février le deuxième pays le plus touché après la Chine. Après une flambée de cas jeudi, parcs et musées sont fermés pour deux semaines et le nombre d’élèves accueillis dans la zone métropolitaine de Séoul a été réduit. Les nouveaux cas reculaient vendredi, à 58 contre 79 la veille (la plus forte hausse depuis près de deux mois).

Le Sri Lanka va réactiver dimanche des mesures ciblées de confinement, après avoir enregistré sa plus importante hausse quotidienne de nouveaux cas, concernant pour la plupart des Sri Lankais revenant du Koweït et des marins d’une base près de Colombo.