Correspondance(s) Publié le

Wols et la mouche

Une composition du peintre Wols et une tête de mouche drosophile semblent nous observer. Cette relation à l'autre, peur ou empathie, racontée par le biologiste Jean Claude Ameisen.

Un épisode de la série "Correspondances".

Réalisation : Hervé Nisic

Production : Universcience, Inserm

Année de production : 2016

Durée : 1min29

Accessibilité : sous-titres français

Wols et la mouche

7 - Wols et la mouche

Un autre qui nous regarde. Une vie intérieure insaisissable, des émotions, des intentions, nous imaginons derrière des traits. Qu’y a-t-il derrière ces traits… Ici, une composition du peintre Wols : un visage humain ? une tête d’éléphant ?… Là, une tête de drosophile, la minuscule mouche du vinaigre, qui semble nous examiner.

Peur ou empathie... les neurosciences révèlent certains des mécanismes qui nous permettent de vivre en nous ce que nous percevons des autres.

Le mot empathie a été forgé il y a un siècle par un psychologue américain  pour traduire un mot de la langue allemande Einfülhung – littéralement  sentir à l’intérieur, ressentir . Le mot avait été utilisé par un critique d’art pour décrire notre tendance à projeter sur une oeuvre les émotions que nous ressentons en la contemplant. Empathie... Nous allons à la rencontre d’un autre, avant même de savoir si nous nous sommes trompés. Ne vaut-il pas mieux animer un instant le monde qui nous entoure, plutôt que de risquer de méconnaître une présence ? 

Réalisation : Hervé Nisic

Production : Universcience, Inserm

Année de production : 2016

Durée : 1min29

Accessibilité : sous-titres français