Corpus, histoire de la médecine Diffusé le

1628, Harvey et la circulation sanguine

Jusqu’au XVIIe siècle, on pensait que c’était le foie qui produisait le sang, tandis que le cœur le chargeait d’un esprit vital qui distribuait la vie dans l’ensemble du corps. Mais en 1628, les observations du médecin anglais William Harvey révèlent que le volume de sang est constant pour un individu donné et que le cœur est une simple pompe qui le fait circuler…

​​

Production : Universcience, Canopé-CNDP, MGEN, Inserm, Educagri

Année de production : 2014

Durée : 2min59

Accessibilité : sous-titres français

1628, Harvey et la circulation sanguine

Narratrice.

-Jusqu'au XVIIe siècle, on ignore tout de la circulation du sang dans le corps.

S'inspirant des écrits de Galien, vieux de quinze siècles, les médecins pensent que le foie produit le sang, chargé par le coeur d'un esprit vital qui distribue la vie dans le corps.

Cela ne satisfait pas William Harvey, un médecin anglais professeur d'anatomie né en 1578.

Il sait qu'il existe le long des veines des valvules récemment découvertes dont on ignore le rôle.

Il en fera bientôt la preuve dans sa théorie de la circulation du sang.

Narrateur.

-On place un lien au-dessus du coude.

À intervalles réguliers le long des veines, au-dessus du lien, on repère des nœuds ou des renflements.

Ils sont formés par des valvules.

En pressant la veine afin de chasser le sang, vous ne verrez pas le sang refluer.

Si vous appliquez un autre doigt sur la partie distendue de la veine, au-dessus de la valvule et si vous pressez vers le bas, vous ne pourrez pas pousser le sang de l'autre côté de la valvule.

La fonction de la valvule veineuse est donc d'empêcher tout reflux sanguin.

Dans les veines, le sang coule donc des parties inférieures aux parties supérieures.

Narratrice.

-Autrement dit, les veines ramènent le sang vers le cœur.

Pour étayer sa démonstration, Harvey multiplie les observations sur les grenouilles, les serpents, les poissons.

Il s'interroge aussi sur l'évolution du cœur des bébés après la naissance.

Il appuie aussi sa démonstration par des calculs.

Il mesure le volume de sang expulsé à chaque battement du cœur, puis multiplie ce volume par le nombre de battements par jour.

Le cœur expulserait chaque jour des centaines de kilogrammes de sang.

Impossible si, comme le disent les anciens, tout ce sang vient directement de ce que l'on mange.

De ces indices, Harvey déduit le principe de la circulation sanguine.

Il l'expose en 1628 dans son livre "Démonstration anatomique du mouvement du cœur et du sang dans les êtres vivants".

Fini les théories de Galien et de l'esprit vital, le cœur est une pompe qui fait circuler un volume de sang constant dans le corps.

Restait une énigme.

Comment le sang traverse-t-il les organes ?

Harvey supposa l'existence de capillaires.

Ils seront découverts trente ans plus tard grâce au microscope, récemment inventé.

Production : Universcience, Canopé-CNDP, MGEN, Inserm, Educagri

Année de production : 2014

Durée : 2min59

Accessibilité : sous-titres français