À bord du Nanotilus Diffusé le

Equilibre, sens dessus dessous

Cette semaine, le capitaine Nemo perd le contrôle du Nanotilus en raison de problèmes de gyroscope. L’occasion d’explorer le vestibule grâce auquel nous pouvons garder l’équilibre... Un nouvel épisode de la série « À bord du Nanotilus ».

Réalisation : François Demerliac

Production : Universcience, Inserm, Virtuel productions

Année de production : 2011

Durée : 2min57

Accessibilité : sous-titres français

Equilibre, sens dessus dessous

- Une nouvelle méthode d'investigation du corps humain est la miniaturisation.

Grâce à elle, l'équipe de savants réunis autour du capitaine Nemo a pu sauver une jeune femme.

Ils entament une nouvelle plongée.

Que vont-ils bien pouvoir découvrir ?

- Capitaine, nous perdons le contrôle du Nanotilus !

- A bâbord ! A bâbord, toute !

- Qu'y a-t-il ? On dirait que le Nanotilus est devenu fou.

- C'est un peu ça. Le gyroscope est en panne.

- Il faut vite le réparer, j'ai la nausée.

- Larguez la ballast.

- L'équilibre, ainsi que la capacité à se déplacer et à se repérer, sont donnés par le vestibule dans l'oreille interne. Il est comparable aux roues du gyroscope

d'un sous-marin, appareil permettant de le stabiliser et de mesurer ses mouvements dans les 3 plans de l'espace.

- Regardez. Les 3 canaux du vestibule sont emplis de liquide : l'endolymphe. Le déplacement de ce liquide fait bouger les cils des capteurs sensoriels

qui tapissent la paroi des canaux. Leur orientation dans les 3 plans de l'espace permet de détecter les mouvements de la tête dans tous les axes.

- Qu'est-ce que c'est ?

- Des petits cristaux de calcaire qui fonctionnent comme des lestes. eur inertie a amplifié le déplacement des cils. Grâce à eux, les capteurs sensoriels

peuvent ressentir l'apesanteur. Ainsi, nous savons toujours où sont le haut et le bas. Les troubles de l'équilibre vont au-delà du simple tangage

que notre vaisseau a ressenti, cette sensation que l'on appelle "vertige".

Les informations en provenance du vestibule sont utilisées par notre cerveau pour maintenir notre posture au pos ou au cours d'un déplacement.

- Toute atteinte à ce capteur peut se révéler très handicapante. Elle peut altérer notre capacité à nous déplacer, à descendre un escalier, à effectuer les tâches élémentaires de notre quotidien.

Ces troubles touchent en majorité les personnes âgées mais ne sont pas sans solution.

- Pour remédier à ces troubles, les chercheurs s'intéressent à des molécules pouvant réduire les sensations de vertige et, à un horizon plus lointain,

à des capteurs électroniques couplés par des lasers aux circuits neuronaux.

(Générique)

---

Réalisation : François Demerliac

Production : Universcience, Inserm, Virtuel productions

Année de production : 2011

Durée : 2min57

Accessibilité : sous-titres français