À bord du Nanotilus Diffusé le

L’obésité, le cycle infernal

Cette semaine, l’équipage du Nanotilus est confronté à l’obésité. Un épisode de la série « À bord du Nanotilus » sur les traces de Jules Verne et dans le fonds d’imagerie de l’Inserm.

Réalisation : François Demerliac

Production : Universcience, Inserm, Virtuel production

Année de production : 2012

Durée : 3min15

Accessibilité : sous-titres français

L’obésité, le cycle infernal

- Une nouvelle méthode d'investigation du corps humain est la miniaturisation.

Grâce à elle, l'équipe de savants réunis autour du capitaine Nemo a pu sauver une jeune femme.

Ils entament une nouvelle plongée.

Que vont-ils bien pouvoir découvrir ?

- L’obésité et le surpoids sont un excès de graisse dont les conséquences peuvent être graves :

diabète, troubles cardiaques ou respiratoires, cancer...

- Les causes de l'obésité sont un excès alimentaire par rapport à l’activité physique.

- Certains prennent plus de poids que d'autres.

- Une prédisposition génétique et des facteurs biologiques peuvent intervenir.

Les chercheurs s’intéressent aux comportements des cellules graisseuses, car l’obésité est une maladie du tissu adipeux.

- Adipeux ?

- Oui, ou tissu gras, si vous préférez.

Il est constitué de cellules stockant l’énergie sous la peau et dans l'abdomen : des adipocytes.

Ce tissu peut sécréter des substances pouvant produire toutes sortes de complications et qui freinent la perte de poids.

- L'obésité entraîne l'obésité...

- Vous ne croyez pas si bien dire : des hormones dans l’intestin et la composition de la flore intestinale pourraient aussi avoir un rôle.

Certaines bactéries extraient plus d'énergie de l'alimentation que la normale, d'où une prise de poids.

De plus, le cerveau devient incapable de réguler le dosage de l'alimentation par rapport aux dépenses d'énergie.

- Les chercheurs ont découvert qu'un régime trop riche en graisse et en sucre empêchait la destruction naturelle des neurones

du système nerveux intestinal, un deuxième cerveau qui régule toutes les fonctions digestives.

Trop nombreux, ces neurones accéléreraient le cycle alimentaire t contribueraient à l'obésité en diminuant les signaux de satiété, conduisant à manger

plus que nécessaire.

- L'obésité a aussi des conséquences psychologiques : le rejet de son propre corps et les discriminations peuvent entraîner une dépression

qui favorise des comportements alimentaires générateurs d'obésité.

- Et la boucle est bouclée.

- Tous ces éléments sont déterminés très tôt, et même avant la naissance, d'où l'intérêt d'un suivi médical précoce.

 L'obésité peut être en grande partie évitée par une alimentation saine et régulière et une activité physique suffisante.

Du fait de l'évolution des modes de vie, de plus en plus sédentaires, et d'alimentations de plus en plus riches, l’obésité progresse

sur tous les continents, en particulier chez les jeunes.

Réalisation : François Demerliac

Production : Universcience, Inserm, Virtuel production

Année de production : 2012

Durée : 3min15

Accessibilité : sous-titres français