À bord du Nanotilus Diffusé le

Plongée sous la peau

Sait-on que la première barrière naturelle contre les agressions, et en particulier les infections microbiennes, est la peau ? Celle-ci est pourtant peuplée de toutes sortes d’acariens, champignons et autres bactéries... Un épisode de la série « À bord du Nanotilus ».

Réalisation : François Demerliac

Production : Universcience, Inserm, Virtuel productions

Année de production : 2012

Durée : 2min50

Accessibilité : sous-titres français

Plongée sous la peau

- Une nouvelle méthode d'investigation du corps humain est la miniaturisation.

Grâce à elle, l'équipe de savants réunis autour du capitaine Nemo a pu sauver une jeune femme.

Ils entament une nouvelle plongée.

Que vont-ils bien pouvoir découvrir ?

- Compte tenu de sa surface,  la peau est l'un des organes les plus importants du corps.

C'est la première barrière contre les agressions et les infections microbiennes.

- La surface de l'épiderme est peuplée de micro-organismes de toutes sortes : acariens, champignons, bactéries protégeant la peau en empêchant sa colonisation

par d'autres micro-organismes dangereux.

- La couche superficielle de la peau, l'épiderme, est fait d'un amas de cellules superposées formant une structure élastique.

Elle sert de protection contre les agressions physiques et biologiques.

- Nous nous enfonçons en longeant un poil.

Regardez en bas, ces taches jaunes.

- Oui, je les vois.

- Ce sont des cellules dendritiques, un des premiers maillons du système immunitaire.

Elles ont pour mission de repérer l'intrusion de bactéries ou de virus et de commander l'attaque des globules blancs pour les détruire.

- Elles forment un réseau.

- Les fonctions de la peau sont multiples : avec l'évaporation de la sueur, elle régule la température du corps, elle le protège des ultra-violets du soleil

et elle a des récepteurs sensibles à la pression, à la température, et à la douleur.

- Ces corpuscules réagissent au toucher et à la pression.

Ils transforment ces déformations en influx nerveux qui permettent au cerveau de les sentir et de les localiser.

- En cas d'agression, de brûlures importantes, des greffes peuvent être réalisées soit avec de la peau prélevée sur le patient, soit avec des peaux

produites par culture de cellules.

Les cellules souches, capables de former de la peau, constituent une perspective prometteuse.

La recherche s'intéresse aussi au vieillissement car c'est peut-être sur la peau qu'il est le plus évident.

Réalisation : François Demerliac

Production : Universcience, Inserm, Virtuel productions

Année de production : 2012

Durée : 2min50

Accessibilité : sous-titres français