Actu de science Diffusé le

Chine : une culture néolithique victime des aléas climatiques

L’une des plus remarquables cultures néolithiques d’Asie, dite « du Liangzhu », s’est éteinte assez brutalement. Sa disparition, au terme d’une durée millénaire, serait liée à une série d’aléas climatiques qui auraient endommagé les infrastructures construites… précisément pour s’en protéger.

Réalisation : Caroline Ando

Production : Universcience

Année de production : 2021

Durée : 2min51

Accessibilité : sous-titres français

Chine : une culture néolithique victime des aléas climatiques

C’est dans le delta du fleuve Yangtzé, que s’est développée une des cultures néolithiques les plus extraordinaires de Chine. Connue sous le nom de culture du Liangzhu, son histoire a débuté il y a 5000 ans, et a duré près d’un millénaire avant qu’elle ne s’effondre pour des raisons encore incertaines. Les travaux d’une équipe internationale confirment aujourd’hui la cause majeure de cet effondrement : des inondations. Pourtant, la culture du Liangzhu était adaptée pour les affronter : autour de la cité principale, des murs d’enceinte en terre avait été dressés. Et dans les alentours, des barrages et des digues servaient à la fois de protection et de bassin de rétention afin que l’eau reste abondante pendant la saison sèche et que les rizières, qui pouvaient produire jusqu’à 10 tonnes de riz par an, soit toujours irriguées. Entre Yangtzé et mer de Chine, la région avait les pieds dans l’eau et nombre d’habitations étaient construites sur pilotis. La cité principale de Liangzhu qui domine la baie atteste d’une culture très hiérarchisée : un cimetière érigé sur une colline artificielle rassemble les tombes d’une élite dont les corps étaient entièrement couverts d’objets en jade. Parmi eux, des cylindres cong dont le motif va marquer durablement la culture chinoise. Il y avait aussi des disques appelés bi et des haches cérémonielles. Un jade provenant des montagnes et rivières voisines et travaillé avec raffinement. La Cité de Liangzhu semble avoir été abandonnée brutalement et la plupart des études archéologiques soutiennent l'hypothèse que la ville a été inondée, car une couche de limon recouvre de nombreux sites de fouilles de la fin de la période. Les chercheurs confirment aujourd’hui cette hypothèse : les isotopes d’oxygène et de carbone présents dans des stalagmites de grottes de la région, attestent d’une première période de fortes précipitations, il y a 4 300 ans, ce qui coïncide avec l'âge de la première couche de sédiments déposée par les inondations. Quelques années plus tard, une seconde vague d’inondation pourrait avoir détruit le complexe hydraulique et les rizières et forcé le peuple de Liangzhu à abandonner la plaine et sa capitale, entraînant finalement l'effondrement de toute la civilisation. Plus tard, une autre culture moins développée s’établira au même endroit pendant 3 siècles et sera, elle, exposée à une très forte sécheresse. Puis des conditions climatiques très instables feront de cette plaine, un lieu déserté pendant près de 1000 ans.

Réalisation : Caroline Ando

Production : Universcience

Année de production : 2021

Durée : 2min51

Accessibilité : sous-titres français