Actu de science Diffusé le

Un foyer de néolithisation en Nouvelle-Guinée

Des chercheurs viennent de découvrir dans la province de Jiwaka, en Nouvelle-Guinée, des artefacts vieux de 5000 à 4200 ans, traces de changements sociaux propres au Néolithique : sédentarisation, innovation technologique, culture symbolique…

Réalisation : Kassiopée Toscas-Jacqueline

Production : Universcience

Année de production : 2020

Un foyer de néolithisation en Nouvelle-Guinée

La Nouvelle-Guinée est longtemps restée un mystère pour les archéologues : l’agriculture a fait son apparition dans les hautes terres il y a 8000 à 4000 ans, mais il y avait jusque-là très peu de trace des autres changements sociaux propres au Néolithique, tels que la sédentarisation, l’innovation technologique ou la culture symbolique.

Il était jusqu’à présent admis qu’une tradition néolithique avait été introduite, mais bien plus tard, par les migrants Lapita – des cultivateurs d’Asie du sud-est. Mais de récentes découvertes montrent qu’il existait bel et bien un Néolithique néo-guinéen avant leur arrivée, à l’époque de l’expansion agricole.

C’est sur le site archéologique de Waim, dans la province de Jiwaka, que les chercheurs ont découvert plusieurs artefacts vieux de 5000 à 4200 ans. Y compris les plus anciennes sculptures figuratives en pierre d’Océanie : un fragment de statue représentant l'arête frontale d'un visage humain ou animal, et la sculpture complète d'une tête humaine coiffée d’un oiseau.

L’équipe d’archéologues a également identifié plusieurs outils :

  • deux pilons en pierre, avec des traces d'amidon d'igname, de fruits et de noix à leur surface,
  • un outil de fabrication textile, probablement utilisé pour teinter les fibres de plantes,
  • et des lames de haches plates et coupantes, une technologie complexe jusque-là attribuée aux groupes Lapita.

Mais leurs découvertes ne s’arrêtent pas là : un noyau d'obsidienne, provenant de l’île voisine de Nouvelle-Bretagne, fournit les premières preuves d'un commerce maritime régional.

Pour finir, cinq trous de poteau témoignent de l’implantation d’un village sur le site il y a 4200 ans.

Vie sédentaire, expression symbolique, transformation des aliments, innovations technologiques… Autant de petites révolutions qui révèlent l’existence d’une tradition néolithique régionale, au moins 1000 ans avant l’arrivée des agriculteurs Lapita.  Ce nouveau foyer de néolithisation permet de mieux comprendre la diversité culturelle qui fleurit en Nouvelle-Guinée au fil des millénaires.  

Réalisation : Kassiopée Toscas-Jacqueline

Production : Universcience

Année de production : 2020