Les nanotechnologies du vivant Diffusé le

Fabriquer de la couleur

Les insectes, les plantes, les animaux : tous les êtres vivants présentent des couleurs différentes. D’où viennent-elles ? Comment sont-elles « fabriquées » ? Avec Serge Berthier et Bernd Schollhorn, nous plongeons dans les ailes d’un papillon bleu. Papillon bleu, dites-vous ?

Premier épisode de la nouvelle série « Les nanotechnologies du vivant »

Réalisation : Pascal Moret , Julien Guiol

Production : French Connection Films, La Belle Société production, Universcience, Viaoccitanie, Fabrice Garrault

Année de production : 2020

Durée : 3min27

Accessibilité : sous-titres français

Fabriquer de la couleur

Différents animaux évoluent dans la nature : certains se dorent au soleil, d’autres s’accouplent, d’autres enfin butinent le nectar d’une fleur. 

Quoi de plus naturel que de voir toutes les couleurs dans la nature. Les insectes, les plantes, les animaux, tous les êtres vivants présentent des couleurs plus belles les unes que les autres. Pourquoi toutes ces couleurs ? Ont-elles une finalité?  Et comment ont-elles été créées ? 

Serge Berthier 
Les argus bleus, il y en a plusieurs espèces en particulier celle ci qui s’appelle Polyommatus Icarus. C’est un petit papillon bleu commun , magnifique. 

Voix off
En réalité, ce papillon bleu obtient cette couleur sans pigment . Comment fait-il ? 

Serge Berthier 
Ce bleu là, c’est strictement une structure. Assez compliqué. Il y a à la fois ce cristal photonique qui va diffracter le bleu dans toutes les directions et puis par dessus il ya une deuxième couche d’un milieu très désordonné qui diffuse encore plus ce bleu là. Donc lui, il a choisi d’envoyer le bleu dans toutes les direction de l’espace  

Voix off
Pour les espèces, fabriquer de la couleur répond à des stratégies de protection contre les UV , d’accouplement ou les aide à se réchauffer.  
A l’échelle nanométrique, il existe deux types de couleurs, la couleur structurale, on retrouve tout ce qui est bleu, violet, ultra violet et la couleur pigmentaire, tout ce qui est rouge, orange, jaune, vert.  

Serge est avec Bernd Schollhorn a attrapé un petit papillon orange. 

Serge Berthier 
Il y a du noir et du jaune. C’est du pigment partout. La chenille, elle emmagasine tous ce qu’elle mange. il ya beaucoup de toxine dans ce qu’elle mange et le papillon après idem. Et ces toxines faut les stocker. Donc un bonne endroit pour stocker les toxines, c’est de les mettre dans les écailles. D’abord, cela fait des couleurs. Cela participe à la communication entre mâle et femelle où inter-spécifiques avec d’autres espèces. Et puis en même temps, il y en a quelques uns qui sont toxiques ou qui ont un gout très désagréable, du coup ça protège l’insecte contre les prédateurs. Voila ! Donc là, on est complètement dans des couleurs pigmentaires, c’est à dire un pigment cela absorbe une partie de l’énergie solaire. Tout ce qui est des couleurs chaudes , je le fais avec des pigments parce que cela ne coûte pas cher et puis tout ce qui est les couleurs froides le bleu, le violet jusqu’au vert, on va faire ça avec des structures.

Voix off 
Les couleurs structurales et pigmentaires sont deux stratégies que le papillon a choisi pour fabriquer de la couleur. Des chercheurs s’en inspirent actuellement pour mettre au point des cosmétiques  ou des textile sans pigment, ou les écrans d’ordinateurs du futur à LED.

Réalisation : Pascal Moret , Julien Guiol

Production : French Connection Films, La Belle Société production, Universcience, Viaoccitanie, Fabrice Garrault

Année de production : 2020

Durée : 3min27

Accessibilité : sous-titres français