image légendée

Intoxications et brûlures chimiques sont les blessures les plus courantes avec les produits cosmétiques © Pxhere

Une étude conduite aux États-Unis montre qu’entre 2002 et 2016, plus de 64 000 enfants de moins de cinq ans ont été conduits aux urgences après avoir ingéré des produits d’hygiène et de soins corporels tels que shampoing, vernis à ongles, maquillage, eau de Cologne et autres lotions. Soit environ un enfant toutes les deux heures.

La plupart des blessures causées par ces produits surviennent lorsqu’un enfant a avalé le produit (75,7 %) ou l’a mis en contact avec la peau ou les yeux (19,3 %). Ces ingestion et exposition ont le plus souvent entraîné des intoxications (86,2 %) ou des brûlures chimiques (13,8 %). « Lorsque vous réfléchissez à ce que les jeunes enfants voient en regardant ces produits, vous commencez à comprendre comment ces blessures peuvent survenir, déclare Rebecca McAdams, co-auteure de l’étude. Les enfants de cet âge ne savent pas lire et ne savent donc pas à quel produit ils ont affaire. Ils voient une bouteille avec une étiquette colorée dont l’aspect ou l’odeur évoquent un aliment ou une boisson qu’ils ont l’habitude de consommer. Alors ils essaient de l’ouvrir et de goûter. Lorsque la bouteille se révèle être du dissolvant pour vernis à ongles au lieu de jus ou un lait de beauté au lieu d’un yaourt, des blessures parfois sérieuses peuvent survenir ».

Les grandes catégories de cosmétiques en cause dans ces blessures sont les produits de soins des ongles (28,3 %), des cheveux (27,0 %), de la peau (25,0 %) et les parfums (12,7 %). Le dissolvant pour vernis à ongles est le produit qui a entraîné le plus grand nombre de visites aux salles d’urgence (17,3 % de toutes les blessures). Plus de la moitié des blessures plus graves ayant nécessité une hospitalisation provenaient de produits de soins capillaires (52,4 %) : défrisants, solutions pour permanentes etc.

La facilité d’accès à ces produits est  un sujet de préoccupation. Comme le souligne Rebecca McAdams, « les enfants regardent leurs parents utiliser ces objets et peuvent essayer d’imiter leur comportement. Ces produits sont souvent stockés à portée de mains et donc accessibles. Or certains de ces produits ne sont pas conditionnés dans des emballages sécurisés “enfants”, il est donc important que les parents les rangent immédiatement après leur utilisation, à l’abri du regard et de la main des petits ». Ces précautions simples pourraient éviter de nombreuses blessures et visites aux urgences. Dans l’étude en question, près de 60 % des blessures concernaient des enfants de moins de 2 ans.