Nouveau-né

© Wikimedia Commons

À l’hôpital pour enfants de Wuhan, entre janvier et février 2020, 33 femmes infectées par le Covid-19 ont donné naissance à leur bébé (dont 30 par césarienne). Parmi les 33 nouveaux-nés, seuls trois ont été testés positifs au Covid-19 et tous ont survécu à l’infection.

Sur les trois enfants infectés, le premier a été placé dans une unité de soins intensifs après avoir manifesté au deuxième jour de la fatigue et de la fièvre. Le second présentant les mêmes symptômes ainsi que des vomissements, une radiographie a montré une infection aux poumons. Le troisième, né prématuré à 31 semaines, a dû être réanimé à la naissance et a souffert des symptômes les plus aigus : détresse respiratoire et pneumonie. Mais après 14 jours de traitement (ventilation non invasive, caféine et antibiotiques), l’enfant a été guéri. Pour les auteurs de l’étude, l’état de faiblesse de ce nouveau-né est surtout du à sa prématurité.

Comment ces enfants ont-ils été infectés ? Des études précédentes conduites en Chine sur des patientes infectées n’ont pas trouvé trace de virus dans le liquide amniotique, dans le sang du cordon ni dans le lait maternel. Les médecins de cette nouvelle étude n’écartent cependant pas totalement l’hypothèse d’une transmission virale de la mère à l’enfant.