image légendée

Plants de cannabis thérapeutique du producteur canadien Tilray à Cantanhede, au Portugal © AFP/Archives Patricia de Melo Moreira

Quelles seront les modalités de mise à disposition du cannabis thérapeutique en France ? C’est ce que doit établir le comité d’experts créé par l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM), qui poursuit ses travaux ce mercredi 15 mai en procédant à l’audition d’autorités sanitaires et d’acteurs économiques provenant de pays ayant déjà autorisé l’utilisation du cannabis à visée thérapeutique. Après les médecins, les patients et les pharmaciens, le comité auditionne aujourd’hui des producteurs étrangers canadiens, colombiens, américains et hollandais.

« Lors de cette séance, le comité s’intéressera d’une part, aux formes et dosages disponibles à l’étranger et d’autre part, aux coûts des traitements », a précisé l’ANSM. Les auditions sont retransmises en direct sur la chaîne Youtube de l’ANSM.

Présidé par le psychiatre et pharmacologue Nicolas Authier, ce comité de 13 experts se réunira ensuite le 26 juin pour étudier l’organisation possible de la production et de la mise à disposition du cannabis thérapeutique dans le cadre français. L’ANSM devrait ensuite rendre ses propres conclusions dans les jours qui suivent, avant un début de l’expérimentation prévu avant la fin de l’année.

Le comité d’experts a été créé le 10 septembre 2018 par l’ANSM avec pour missions « l’évaluation de la pertinence et de la faisabilité de la mise à disposition du cannabis thérapeutique en France ». L’ANSM a souscrit à ses premières conclusions à la fin 2018, favorables à son utilisation dans les indications suivantes :

  • douleurs réfractaires aux thérapies (médicamenteuses ou non) accessibles,
  • certaines formes d’épilepsie sévères et pharmacorésistantes,
  • soins de support en oncologie,
  • situations palliatives,
  • spasticité douloureuse de la sclérose en plaques.