Découvrez les 1117 actus du blob
image légendée

Du matériel médical installé dans un hôpital provisoire, sous une tente, à Central Park, le 30 mars 2020 à New York © AFP Bryan R. Smith

La pandémie de coronavirus continue ses ravages mardi sur une planète pourtant largement confinée : les États-Unis, où l’épidémie s’accélère, sonnent la mobilisation générale tandis que l’Europe, qui concentre la majorité des décès, attend fébrilement le pic de la crise.

Le bilan de l’épidémie s’est de nouveau alourdi lundi, avec près de 37 000 morts dans le monde, le cap des 11 000 morts franchi en Italie, celui des 3000 dépassé aux États-Unis, encore 812 nouveaux décès en 24 heures en Espagne et 418, un record, en France.

Les ministres des Finances du G20 doivent se réunir mardi pour apporter une réponse à cette crise mondiale, qui met les ressources des Etats sous tension.

Aux États-Unis, qui recensent de loin le plus grand nombre de cas confirmés (163 000 et plus de 3000 morts depuis lundi), c’est la mobilisation générale. Un navire-hôpital de mille lits est arrivé à New York, épicentre de l’épidémie, pour désengorger les hôpitaux de la mégalopole. Des hôpitaux provisoires ont aussi été érigés dans un centre de conférences ou sous des tentes montées en plein Central Park. 

« Le virus a un temps d’avance sur nous depuis le premier jour », a déclaré lundi le gouverneur de l’État de New York, Andrew Cuomo. Le maire Bill de Blasio a souligné que sa ville avait besoin, rien que pour tenir la semaine, de quelque 400 respirateurs artificiels et de renforts de personnel médical.

En Louisiane et en Floride, dans l’Illinois et le New Jersey, la situation s’aggrave jour après jour. L’inquiétude grandit aussi dans le Maryland, au nord de la capitale fédérale Washington : 67 pensionnaires d’une maison de retraite y ont été testés positifs, et le gouverneur de l’Etat, Larry Hogan, a évoqué « un scénario du pire ». Selon lui, la situation est d’autant plus critique que plusieurs établissements fédéraux, comme l’Agence nationale du renseignement, ont leur siège dans le Maryland et que de nombreux hauts fonctionnaires y habitent.

Pour protéger sa population, son homologue de Floride refuse pour l’heure de laisser débarquer un paquebot, le Zaandam, qui se trouve en mer des Caraïbes avec quatre morts et des dizaines de malades à bord.

image légendée

Bilan mondial de la pandémie de nouveau coronavirus, au 30 mars à 19 h GMT © AFP Valentine Graveleau

Partout où sévit la maladie (Covid-19), on guette fébrilement le pic du taux de mortalité, annonciateur d’un reflux et d’un désengorgement des services de réanimation. En Italie, pays qui enregistre le plus grand nombre de décès (11 500, pour près de 98 000 cas), le confinement commence à produire des résultats encourageants, après trois semaines.

« Nous pouvons espérer atteindre le pic dans sept ou dix jours, puis, raisonnablement, une décrue de la contagion », a déclaré le vice-ministre de la Santé, Pierpaolo Sileri. Pour autant, les 60 millions d’Italiens devront patienter « au moins jusqu’à Pâques », le 12 avril, date jusqu’à laquelle le confinement a été prolongé. 

Deuxième pays le plus touché au monde avec 7340 décès, l’Espagne connaît un ralentissement continu du nombre de morts, laissant là aussi penser que le pic de l’épidémie approche. En attendant, la vigilance prévaut et les autorités ont interdit les cérémonies funéraires, limitant à trois le nombre de participants à un enterrement.

En France, où plus de 3000 personnes ont succombé au virus à l’hôpital, dont un pic de 418 en 24 heures, les soignants sont au bout du rouleau. Applaudis tous les soirs aux fenêtres, certains soignants ont témoigné des cambriolages, des pressions dont ils font l’objet. « Les gens s’écartent quand ils me croisent, ils ne se tiennent plus à un mètre de moi, mais à quatre mètres », confie Negete Bensaïd, infirmière libérale à Paris. 

image légendée

Un homme promène son chien sur le toit de son immeuble, à Rome le 30 mars 2020 © AFP Laurent Emmanuel

En Hongrie, l’opposition craint que la pandémie ne serve de prétexte au pouvoir pour réduire encore les libertés publiques. Le Premier ministre Viktor Orban a ainsi obtenu le feu vert du Parlement pour légiférer par ordonnances dans le cadre d’un état d’urgence à durée indéterminée.

Plus de 3,4 milliards de personnes sont astreintes à rester chez elles, soit 44 % de la population mondiale, un confinement pas toujours simple à faire respecter. 

En Russie, Vladimir Poutine a appelé les quelque 12,5 millions de Moscovites à « prendre au sérieux » le confinement. Le centre-ville était quasi déserté par lundi par les piétons, mais dans un autre quartier de nombreux passants déambulaient. 

En Inde, les autorités tentent de juguler l’exode de centaines de milliers de travailleurs migrants, privés d’emploi par le confinement, qui tentent de regagner à pied leur village. 

Dans les pays les plus pauvres, notamment en Afrique, l’application des restrictions vire parfois au casse-tête. « On s’en fout de ce virus, on a des enfants et des petits-enfants à nourrir ! », s’indigne en brandissant sa canne une vieille femme qui fait la queue pour obtenir les aides sociales dans un township de Port Elizabeth (Afrique du sud). Une immense bousculade s’y est produite, des centaines de personnes âgées refusant d’observer les règles sanitaires de distance.

Au Zimbabwe, la police est descendue en force lundi dans les rues de la capitale Harare pour faire respecter l’ordre de confinement. Des habitants se désolaient de l’arrêt brutal des transports, qui les empêche de se rendre à leur travail. 

image légendée

Le centre-ville de Moscou, le 30 mars 2020 © AFP Dimitar Dilkoff