pompier feu

Un pompier combat un feu de forêt dans la province de South Sumatra, en Indonésie, le 11 septembre 2019 © AFP/Archives ABDUL QODIR

L’Indonésie est aux prises avec de multiples feux de forêts, qui ont progressé selon les données satellites obtenues jeudi, alors que le pays affronte une sécheresse intense cette année ajoutant aux inquiétudes sur le rôle des incendies sur le réchauffement climatique. De vastes zones de forêt défrichées brûlent sur l’île de Sumatra en Indonésie et celle de Bornéo, partagée entre l’Indonésie, la Malaisie et Brunei, mobilisant quelque 9000 pompiers indonésiens et des hélicoptères.

Le nombre de « points chauds » – les zones de fortes chaleurs détectées par satellites qui indiquent les probables départs de feu – ont bondi en Indonésie, selon les données publiées jeudi par le centre météorologique de l’Asean. 1619 points chauds ont été détectés dans la partie indonésienne de l’île de Bornéo et à Sumatra, contre 861 un jour plus tôt, selon le centre qui surveille les incendies et les nuages de fumée. Les feux sont souvent déclenchés illégalement pour nettoyer des terrains déboisés ou avant une exploitation agricole.

Ciel obscurci à midi

Dans la province de Riau, sur l’île de Sumatra, les pompiers tentent sans relâche d’étouffer les feux dans des zones de forêts carbonisées qui émettent des fumées blanches. Mais ils disent avoir des difficultés à trouver des sources d’eau, selon des journalistes de l’AFP.

carte

Les « points chauds » en Indonésie © AFP Laurence CHU

La capitale provinciale, Pekanbaru, était plongée dans une épaisse fumée, obscurcissant le ciel même à midi. Les habitants poursuivent leurs activités se protégeant avec de simples masques de tissu, tandis que la plupart des écoles ont été fermées jusqu’à la fin de la semaine. Pour Kiki Taufik, de Greenpeace Indonésie, ces feux sont similaires à ceux qui brûlent en Amazonie, où des feux se répandent dans des zones de déforestation destinées à l’agriculture. « Cela doit nous rappeler que nous vivons une urgence climatique », souligne-t-il. Une partie de la forêt amazonienne en Amérique du Sud est aussi en flammes et l’est de l’Australie a vu un début précoce et très violent des incendies saisonniers.

route

Dans la province indonésienne de South Sumatra, une route est envahie par la fumée d'un feu de forêt, le 11 septembre 2019 © AFP ABDUL QODIR

L’Indonésie a connu en 2015 ses pires incendies en deux décennies, qui avaient étouffé la région dans un nuage de fumée géant et provoqué une crise grave diplomatique avec les pays voisins. Ces incendies avaient aussi fortement augmenté les émissions de gaz à effet de serre du pays. Des feux de forêts surviennent tous les ans en Indonésie, mais cette année ils ont pris de l’ampleur à cause d’une saison sèche particulièrement longue et intense. Ils ont généré ces derniers jours des fumées toxiques sur une vaste région, déclenchant des protestations en Malaisie voisine. Le Premier ministre malaisien Mahathir Mohamad va écrire au président indonésien Joko Widodo pour lui faire part de son inquiétude sur l’impact du nuage de fumée qui enveloppe une partie du pays, a indiqué jeudi le gouvernement.

Jakarta minimise sa responsabilité

Mais Jakarta a tenté jusqu’à présent de minimiser sa responsabilité dans cette crise environnementale. Interrogée par l’AFP, la ministre de l’Environnement indonésienne Siti Nurbaya Bakar a souligné que les « points chauds ne sont pas seulement présents en Indonésie, mais aussi dans l’État de Sarawak (sur la partie malaisienne de Bornéo) et la péninsule malaise. Et nous ne restons pas les bras croisés », a-t-elle insisté. Les chiffres du centre météorologique de l’Asean montrent cependant des centaines de « points chauds » sur le territoire indonésien et une poignée seulement sur le territoire malaisien. Les forces armées indonésiennes ont été mobilisées pour lutter contre les flammes, notamment dans les zones de tourbières asséchées où les incendies sont très difficiles à éteindre.

La partie malaisienne de l’île de Bornéo n’a pas été épargnée par les incendies. Des images de drones filmées par l’AFP montrent des fumées s’élevant de zones carbonisées entourées de forêts tropicales.