Walking Sharks from The University of Queensland on Vimeo.

Alors que la plupart des poissons nagent, certains requins préfèrent « marcher ». C’est le cas de ces quatre nouvelles espèces qui viennent d’être mises au jour par une équipe australienne.

Des requins qui marchent, ce n’est pas totalement nouveau. Cinq espèces étaient déjà connues pour se mouvoir sur les fonds marins à l’aide de leurs nageoires : l’une d’entre elles avait été identifiée dès 1788, les autres beaucoup plus récemment, au cours des vingt dernières années.

Il existe donc désormais neuf espèces connues de requins capables de se déplacer sur les hauts fonds en utilisant leurs nageoires pectorales et ventrales à la façon des quadrupèdes terrestres. Les requins marcheurs utilisent a priori cette technique pour chasser. Selon C. Dudgeon de l’Université du Queensland, ces animaux sont déjà au sommet de la pyramide alimentaire, mais cette utilisation particulière de leurs nageoires leur donnerait un avantage lors de la recherche de nourriture. Ces poissons, d’un mètre de long environ, se nourrissent essentiellement de petits crustacés et mollusques qu’ils chassent dans les zones peu profondes.

image légendée

Requin marcheur Hemiscyllium halmahera. ©Mark Erdmann

Cette quadrupédie est manifestement due à une adaptation aux faibles hauteurs d’eau. Les chercheurs pensent que le mouvement des plaques tectoniques, il y a entre 5 et 20 millions d’années, qui a séparé l’Australie du supercontinent Gondwana, est probablement la cause de cette évolution. Ce mouvement a déclenché une série de fluctuations dans la région qui sont à l’origine de la création de milieux nouveaux dans lequel de nouvelles espèces ont pu évoluer et prospérer.