Découvrez les 1744 actus du blob

Des seiches sont capables d’attendre de 50 secondes jusqu’à plus de deux minutes pour obtenir un meilleur repas, plutôt que de succomber à la tentation d’avaler une nourriture disponible immédiatement, selon une étude publiée ce mercredi.

Une seiche de l'espèce Sepia officinalis, en Méditerranée, près des côtes turques, en février 2005 © AFP/Archives Tarik Tinazay

Une seiche de l’espèce Sepia officinalis, en Méditerranée, près des côtes turques, en février 2005 © AFP/Archives Tarik Tinazay

Jusqu’à présent, seuls les chimpanzés, les corbeaux et les perroquets étaient réputés réussir « l’épreuve du marshmallow », inventée au départ pour de jeunes enfants. Elle teste leur capacité à se retenir de prendre une récompense – un petit mollusque pour la seiche – en leur faisant comprendre qu’ils en obtiendront une meilleure plus tard. 

En faisant passer cette épreuve à six seiches adultes, les scientifiques ont cherché à mesurer la maîtrise de soi et la capacité d’apprentissage de ces spécimens. Ils ont d’abord entraîné les six mollusques adultes à faire un choix, après avoir déterminé quels mets ils préféraient, selon l’étude parue dans la revue scientifique britannique Proceedings of the Royal Society B. 

Chaque seiche, immergée dans un récipient à deux compartiments, s’est ensuite vu proposer de choisir entre un mollusque qu’elle aimait le moins (un morceau de crevette royale crue), disponible immédiatement, et celui qu’elle préférait (une petite crevette vivante, du genre Palaemonestes) disponible après un certain délai. Ces seiches ont attendu de 50 à 130 secondes pour satisfaire leur appétit.

L’étude a aussi mesuré leur capacité d’apprentissage dans des conditions changeantes. Dans son réservoir, chaque seiche a eu le choix entre nager vers une balise grise ou une balise blanche. Une seule des couleurs offrait droit à récompense, sous forme d’une crevette. « Une fois que la seiche a appris à associer une couleur à une récompense, nous avons inversé les règles : la seiche devait nager vers l’autre couleur pour avoir la crevette », explique la principale auteure de l’étude, le Dr Alexandra K. Schnell, du département de psychologie de l’université de Cambridge. 

Une seiche dans un aquarium du Centre scientifique de Koweit City, en mars 2016 © AFP/Archives Yasser Al-Zayvat

Une seiche dans un aquarium du Centre scientifique de Koweit City, en mars 2016 © AFP/Archives Yasser Al-Zayvat

Son équipe a constaté que les seiches qui apprenaient le plus vite à associer une couleur à une récompense étaient aussi celles qui savaient attendre le plus longtemps pour obtenir leur mets préféré dans l’autre test.  Cette capacité de maîtrise de soi, nécessaire à la réussite du « test du marshmallow », répond toujours à une fonction au sein de l’espèce, souligne l’étude. 

Les scientifiques expliquent par exemple que certains animaux comme les corbeaux sont capables d’attendre pour chasser parce qu’ils doivent d’abord construire un outil. L’étude émet des hypothèses quant à la raison d’une maîtrise de soi chez les seiches. 

Cette faculté découlerait de leur besoin de se camoufler pour survivre, et de leur capacité à attendre le meilleur moment pour chasser, un moment à haut risque, car elles peuvent alors se faire dévorer par des prédateurs. Le fait d’attendre le moment optimal pour chasser sans se faire manger aurait développé leur capacité à la maîtrise de soi, illustrée dans l’étude.