etna eruption

Image tirée d’une vidéo de l’AFPTV montrant l’éruption de l’Etna, le 31 mai 2019 à Catane, en Sicile © AFP/Archives Alessio Tricani

L’Etna s’est réveillé dans la nuit de vendredi à samedi avec des explosions et des coulées de lave provenant d’un des cratères situés sur la zone désertique du sommet du volcan sicilien, selon l’Institut national de géophysique et de vulcanologie (INGV).

Dans l’après-midi du dimanche 21 juillet, l’activité éruptive du nouveau cratère du sud-est a cessé. La lave n’est plus émise par l’évent situé sur le flanc nord, et la coulée de lave générée au cours des derniers jours ne montre aucun mouvement et se refroidit. Des émissions sporadiques de cendres brunâtres se poursuivent depuis le cratère de la Bocca Nuova.

Le maximum de l’activité a été enregistré au milieu de la nuit  de vendredi à samedi et a nécessité la fermeture des deux aéroports de la ville sicilienne de Catane en raison de fortes émissions de cendres dans l’atmosphère. Les aéroports ont pu être partiellement rouverts dans la matinée de samedi. L’INGV précise que le cratère sud-est de l’Etna est entré dans une phase d’activité depuis le 14 juillet. L’Etna, qui culmine à 3 300 mètres, est le plus important volcan en activité en Europe, avec des éruptions fréquentes, connues depuis au moins 2 700 ans. Sa dernière grosse éruption remonte à l’hiver 2008-2009.