Découvrez les 2724 actus du blob

Les plongeurs sous-marins rapportent souvent des « attaques », pourtant non provoquées, par des serpents de mer. Notamment par Aipysurus laevis, ou « serpent marin olive », venimeux et très abondant dans certaines zones de récifs coralliens. Comment ces serpents en liberté finissent-ils par s’approcher et mordre une personne ne les ayant pas menacés, alors que les serpents terrestres préféreraient de loin les éviter ? Pour une raison plutôt cocasse : ils confondent le plongeur humain avec un autre serpent !

Un serpent de mer olive mâle, Aipysurus laevis, nageant vers l'appareil photo tenu par un plongeur © Jack Breedon

Un serpent de mer olive mâle, Aipysurus laevis, nageant vers l'appareil photo tenu par un plongeur © Jack Breedon

« L’idée semble ridicule, étant donné l’énorme disparité de taille et de forme entre les deux, néanmoins c’est l’explication la plus plausible d’après nos observations » résume l’équipe australienne à l’origine de cette découverte, publiée aujourd’hui dans la revue Nature.

Pour en arriver à cette conclusion, les chercheurs ont analysé des données recueillies entre mai 1994 et juillet 1995 décrivant le comportement des serpents de mer lors de rencontres avec des plongeurs sous-marin dans le sud de la Grande Barrière de corail, en Australie. Sur 158 serpents observés, 74 s’approchaient de l’humain. Avec deux évènements particuliers : ces rapprochements avaient plus tendance à se produire lors de la saison des amours ­— entre mai et août — et étaient plus prononcés du côté des mâles que des femelles.

En poussant leur analyse, les auteurs ont également noté que les mâles s’approchaient de façon répétée, passaient plus de temps avec le plongeur et présentaient parfois des comportements typiques d’une parade nuptiale, tel qu’un enroulement autour de la nageoire du plongeur.

Les serpents marins olive font partie des plus grandes espèces de serpents marins et sont abondants dans certaines zones de récifs coralliens © Jack Breedon

Les serpents marins olive font partie des plus grandes espèces de serpents marins et sont abondants dans certaines zones de récifs coralliens © Jack Breedon

Enfin, toutes les charges répertoriées avaient lieu pendant la saison des amours. Celles impliquant des mâles ont eu lieu immédiatement après une poursuite infructueuse d’une femelle ou une interaction avec un mâle rival, tandis que celles provoquées par les femelles se sont produites après qu’elles aient été poursuivies par des mâles. Les auteurs suggèrent que ces attaques peuvent être dues au fait que les serpents de mer mâles prennent un plongeur pour un serpent rival ou un partenaire potentiel et que les serpents de mer femelles perçoivent un plongeur comme une cachette potentielle. Des hypothèses qui corroborent de précédentes études indiquant que les serpents de mer ont du mal à identifier les formes dans l’eau.

 « Tenter de fuir est probablement futile et peut même augmenter l’ardeur de la poursuite. De même, la tentative de repousser l’animal peut provoquer des représailles » concluent les chercheurs. Il va donc falloir s’armer de courage. Pour éviter d’être mordu, mieux vaut rester immobile et laisser le serpent de mer vous examiner avec sa langue…