image légendée

Maquette présentée lors de la conférence de J. Bezos ©Blue Origin

L’homme le plus riche du monde, Jeff Bezos, patron d’Amazon et de la société spatiale Blue Origin, a annoncé jeudi à Washington qu’il entendait participer à la nouvelle conquête de la Lune, en présentant un projet d’alunisseur pour y transporter véhicules et équipements en 2024.

Derrière lui, a été dévoilée la maquette d’un atterrisseur : ce dernier, équipé d’un unique moteur, est censé peser plus de trois tonnes à vide et 15 tonnes avec le plein de carburant. Il pourra transporter 3,6 tonnes de fret sur la surface lunaire, et 6,5 tonnes dans une version plus grande.

C’est du moins ce qui est annoncé par J. Bezos... L’engin ne représente que ce qu’on appelle l’étage de descente d’un atterrisseur. Il faut aussi concevoir et réaliser un étage de remontée qui permettrait aux astronautes de quitter le sol lunaire et de retourner en orbite rejoindre soit une station spatiale soit le vaisseau Orion avec lequel les astronautes doivent arriver à proximité de la Lune.

L’annonce par le vice-président états-unien Mike Pence d’un retour vers la Lune en 2024 a secoué le monde des industriels. Jusqu’à cette annonce, il était question de 2028 pour un retour vers la Lune. Rappelons que les États-Unis envisagent d’être sur la Lune dans 5 ans alors que la fusée pour s’y rendre n’a pas encore volé, que la capsule Orion dans laquelle les astronautes prendront place n’a pas encore été testée et que la maquette de Bezos est tout ce que l’on sait du futur atterrisseur.

Si des hommes doivent aller sur la Lune dans 5 ans, il s’agit de mettre les bouchées doubles. Et tout de suite !