La fluorose dentaire se traduit par des dents décolorées, présentant des taches blanches / Image : Wikimedia commons

La fluorose dentaire se traduit par des dents décolorées, présentant des taches blanches / Image : Wikimedia commons

Le fluorure est un minéral naturel connu pour prévenir l’apparition de carie. Il rend l’émail dentaire plus résistant à l’acidité. Néanmoins, s’il a des effets positifs en petites quantités, plusieurs études ont déjà démontré qu’une trop forte concentration pouvait être néfaste, voire mortelle. Une équipe américaine a voulu savoir comment le fluorure agissait au niveau moléculaire, notamment dans l’apparition de la fluorose, cette pathologie liée à un surdosage de fluorure et résultant en l’apparition de taches blanches plus ou moins grandes sur les dents.

Les résultats de cette étude sont publiés cette semaine dans la revue Science Signaling. Rodrigo Lacruz, chercheur à l’Université de New York et co-auteur de cette étude, nous livre les phénomènes moléculaires qui ont lieu au niveau des cellules dentaires lorsqu’on est exposé à de fortes doses de fluorure.

Rodrigo S. Lacruz, chercheur à l'école dentaire de l'Université de New York

Rodrigo S. Lacruz, chercheur à l'école dentaire de l'Université de New York

Vous avez étudié l’effet d’un surdosage de fluorure sur des cellules productrices d’émail, chez le rat. De quelles hypothèses êtes-vous partis ?

Nous souhaitions connaître le lien entre le fluorure et la signalisation calcique (ie, la communication entre les cellules via les ions Ca2+), parce que nous savions qu’une exposition importante au fluorure entraînait un stress cellulaire qui prenait ses origines dans un compartiment de la cellule chargé de stocker le calcium (le réticulum endoplasmique). En outre, les animaux exposés au fluorure présentaient une plus petite quantité de calcium dans leur émail dentaire. Des données qui semblaient indiquer que le fluorure perturbait la signalisation calcique.

Pour vos expériences, vous avez utilisé des quantités de fluorure maximales que nous pouvons retrouver dans l’eau potable de certains pays. Quels ont été les résultats ?

En effet, si l’ajout de fluorure dans la plupart des dentifrices est très répandu, d’autres pays ont des astuces supplémentaires pour l’administrer : les États-Unis, par exemple, pratique la fluoration de l’eau, c’est-à-dire l’addition artificielle d’ions fluorure dans l’eau potable, à raison de 0,7 mg/L en moyenne.

Pourcentage de population disposant d'eau fluorée (artificiellement ou naturellement), mars 2009 / Image : Wikimedia commons

Pourcentage de population disposant d'eau fluorée (artificiellement ou naturellement), mars 2009 / Image : Wikimedia commons

En exposant des cellules productrices d’émail à des quantités plus importantes de fluorure, nous avons observé deux choses. Tout d’abord, on a bien mis en évidence qu’il y a moins de calcium qui entre et est stocké dans le réticulum endoplasmique. Un résultat, lié au phénomène de stress cellulaire, que nous avions anticipé. Nous nous sommes également aperçus que le fluorure altère le fonctionnement des mitochondries, ces compartiments cellulaires qui fournissent de l’énergie.

Ces résultats peuvent-ils expliquer le phénomène de fluorose ?

L'émail est le plus calcifié de toutes les structures ou organes du corps humain. Par conséquent, si les cellules qui fabriquent l'émail n'ont pas la capacité requise pour stocker ou transporter le calcium, l’émail n’en reçoit tout simplement pas assez. On se retrouve alors avec des pathologies comme la fluorose où les dents sont décolorées et présentent des taches blanches ainsi qu’une faible minéralisation de leur émail. Lorsque les concentrations de fluorure sont trop élevées, ce composé ne joue donc plus un rôle préventif à l'égard des caries. Au contraire, il endommage l'émail des dents.