L'usine de bougies Mayfield Consumer Products n'est plus qu'un tas de ruines où s'activent les secouristes en ce 11 décembre 2021 © AFP John Amis

L'usine de bougies Mayfield Consumer Products n'est plus qu'un tas de ruines où s'activent les secouristes en ce 11 décembre 2021 © AFP John Amis

En marge de la recherche désespérée de survivants, l'aide a commencé à s'organiser dimanche autour d'une usine de bougies au cœur des Etats-Unis, devenue le symbole de la dévastation causée par des tornades qui ont fait au moins 94 morts dans plusieurs Etats du pays.

La fabrique de bougies Mayfield Consumer Products n'est plus qu'un enchevêtrement de poutrelles et de tôles tordues, empilées sur plusieurs mètres de hauteur. Equipés de grues, bulldozers et autres engins mécaniques, les secouristes ont fouillé méthodiquement dimanche les décombres.   

Quelque 110 employés travaillaient dans l'usine vendredi soir pour répondre à la demande de la période des fêtes, quand la tornade a tout détruit. Plusieurs dizaines de personnes manquent toujours à l'appel.

« Les mots manquent » à Jason Riccinto, pompier volontaire, pour décrire la dévastation sur le site. « On a creusé les gravats hier, j'y ai passé huit heures, la nuit d'avant on a travaillé jusqu'à 04H00 du matin. Je n'ai jamais rien vu de pareil de toute ma vie. »

Les tornades représentent un phénomène météorologique courant aux États-Unis, parfois dévastateur, mais dont on ne parvient pas encore totalement à expliquer l’origine.

« Les États-Unis comptent typiquement plus de tornades que partout ailleurs dans le monde, même si elles peuvent se produire à peu près n’importe où », affirme le service météorologique national américain (NWS). Sont particulièrement touchés les États des grandes plaines américaines comme le Kansas, l’Oklahoma, ou encore le Texas.

Le mécanisme derrière la formation d’une tornade n’est pas encore complètement connu des scientifiques, mais passionne une catégorie d’amateurs surnommés « chasseurs de tempêtes », prêts à risquer leur vie pour les filmer. 

« Le mystère reste grand autour des tornades. Elles sont rares, mortelles, et difficiles à prédire », affirme le Laboratoire national des tempêtes graves de l’Agence nationale océanique et atmosphérique américaine (NOAA).

Ce qui est connu en revanche, c’est qu’elles sont généralement le résultat d’orages dits « supercellulaires », qui se caractérisent notamment par de forts courants d’air ascendant affirme la NOAA.

Au sein de l’orage, un fort cisaillement vertical de vent provoque l’apparition d’un cylindre qui tourne horizontalement sur lui-même. 

Les courants d’air ascendant soulèvent le cylindre en rotation au sein de la supercellule. 

La colonne d’air rotative s’affine, s’étirant ainsi souvent sous la forme d’un entonnoir, et tourne de plus en plus vite pour former une tornade, détaille également la NOAA.

« Les tornades se développent extrêmement rapidement et peuvent se dissiper tout aussi rapidement », selon le NWS. « La plupart des tornades touchent terre durant moins de 15 minutes », poursuit-il.

– Dégâts —

« Les tornades sont les tempêtes les plus violentes dans la nature », souligne le NWS. Les vents d’une tornade peuvent ainsi atteindre près de 500 km/h, avec des dégâts pouvant atteindre près de deux kilomètres de large et environ 80 km de long pour chaque tornade.

Selon la NOAA, ce sont plus de 50 personnes qui sont tuées chaque année aux États-Unis par les tornades.

Le printemps 2011 avait constitué la saison américaine des tornades la plus meurtrière puisqu’entre avril et juin, plus de 580 personnes avaient été tuées. La facture des dégâts, elle, était montée jusqu’à 21 milliards de dollars.

Après le passage d’une tornade, les scientifiques évaluent sa force en observant les dégâts causés et en l’associant aux rafales observées. Ils la classifient ensuite en utilisant l’échelle de Fujita améliorée, qui comprend six degrés — de 0 à 5 — 0 constituant de légers dégâts avec des rafales comprises entre 100 et 135 km/h, et 5 représentant des dégâts « incroyables » avec des rafales au-delà de 320 km/h.

La météo américaine a recensé des témoignages de survivants de tornades comme William, un habitant de Smithville dans le Mississippi, qui en a fait l’expérience en 2011.

« Je regardais les infos. (Le météorologiste de la chaîne locale) a annoncé que la tempête arrivait à Smithville, et j’étais debout à regarder la télé et attendre en me disant que ça n’allait pas se produire. Environ 30 secondes plus tard, le courant a sauté et la maison entière a tremblé pendant une minute avant que ça ne s’arrête. Je pensais que c’était fini, donc j’étais sur le point de me relever quand le tremblement a recommencé et ne s’est pas arrêté cette fois. J’ai senti la pression tomber et quand le tremblement est devenu plus bruyant, je me suis inquiété. Puis, c’est comme si la maison avait explosé. Je me suis réveillé une heure et demie plus tard dans un champ à 400 mètres de ma maison, avec des coupures sur le corps et une entaille profonde à la tête. »

Michelle, une habitante de Skiakook dans l’Oklahoma, a vécu le passage d’une tornade dans sa ville en 1991.

« Les bruits que j’ai entendus quand la tornade a frappé étaient indescriptibles. Je me souviens en revanche entendre les clous grincer hors des planches (…). Quand tout était fini, la tornade qui a touché notre ville a été mesurée F-4. Elle a rasé plusieurs maisons en briques dans ce quartier (…). Je suis atteinte d’arthrite rhumatoïde donc l’intense basse pression m’a temporairement handicapée. Je ne pouvais plus marcher. »

Ailleurs dans le Kentucky, mais aussi dans les Etats du Missouri, de l'Illinois, du Tennessee et de l'Arkansas, se retrouvaient ces mêmes scènes de constructions aplaties, de bâtiments éventrés, d'infrastructures métalliques tordues, de véhicules renversés, d'arbres arrachés et de briques éparpillées dans les rues. Le Mississippi a également été touché.

Ces Etats ont été traversés par "l'une des séries de tornades les pires" de l'histoire du pays, a déploré le président américain Joe Biden, qualifiant leurs ravages "d'inimaginable tragédie".

Les phases de formation d'une tornade © AFP Sophie RAMIS

Les phases de formation d'une tornade © AFP Sophie RAMIS