Découvrez les 2568 actus du blob
image légendée

Graphique mettant en évidence la partie de la proie consommée par l’ichtyosaure. (Da-Yong Jiang, et coll, iScience)

La mégaprédation, c’est de grands animaux mangés par d’autres encore plus grands.

C’est quelque chose qui est la règle, aussi bien sur terre que dans les océans, ou cachalots et autres requins sont de superprédateurs. Cette pratique d’avoir les yeux presque aussi gros que le ventre est très ancienne, et vient encore de vieillir un peu avec une découverte faite en Chine. Des archéologues ont découvert le squelette d’un énorme reptile de 240 millions d’années, dont le contenu de son dernier repas, une créature marine presque aussi massive, est encore visible dans son estomac. Cette découverte suggère que la “mégapredation”, c’est-à-dire la consommation de grands animaux par d’autres grands animaux, était plus courante qu’on ne le croyait auparavant.

Les os d’un ichtyosaure, grand reptile ressemblant à un poisson, ont été trouvé dans la province chinoise de Guizhou en 2010. L’animal mesurait au moins 5 mètres de long de son vivant. Après la découverte, les archéologues de l’université de Californie à Davis, ont constaté que le fossile de près de 5 m de long présentait un grand renflement dans l’estomac contenant une masse d’os plus petits. L’analyse de ces os a montré qu’ils appartenaient à une autre espèce de reptile Xinpusaurus xingyiensis. Cet animal quadrupède ressemblait à un lézard de près de 4 mètres de long et il a été la proie de l’ichtyosaure. On a retrouvé dans l’estomac de l’ichtyosaure la plus grande partie du xinpusaurus, sauf la tête et la queue. Cela fait penser à la stratégie des orques, qui démembrent leurs victimes pour n’en consommer que les parties les plus nourrissantes.

Les restes du xinpusaurus n’ont pas été abimés par l’acide gastrique du grand prédateur, ce qui suggère que l’ichtyosaure est mort et qu’il s’est fossilisé presque immédiatement après avoir consommé son dernier repas.

Si c’est le cas, cette nouvelle découverte représente la plus ancienne preuve directe de mégapredation marine, ou de grands animaux mangeant d’autres grands animaux, de la période du Trias.