illustration

© AFP/J. Tallis

Une demande d’autorisation en urgence du vaccin contre la Covid-19 développé par l’alliance Pfizer/BioNTech devrait être déposée aujourd’hui aux États-Unis, a annoncé hier le gouvernement américain. « Le partenaire de Pfizer, BioNTech, a annoncé qu’il avait l’intention de déposer demain une demande d’autorisation en urgence auprès de la FDA », l’Agence américaine des médicaments, a déclaré le secrétaire américain à la Santé Alex Azar lors d’une conférence de presse à la Maison Blanche. 

« Nous nous attendons à ce que Moderna fasse cette demande bientôt également », a-t-il ajouté, à propos de cette société américaine également sur les rangs pour développer et distribuer à grande échelle un vaccin contre la Covid-19. 

Une autorisation en urgence est une autorisation temporaire ou sous conditions, accordée pour répondre à une situation d’urgence telle que la pandémie. Elle peut être révoquée ou modifiée si de nouvelles données sur l’efficacité ou l’innocuité apparaissent plus tard. Ces propos du ministre américain viennent confirmer ceux des dirigeants des deux entreprises. 

« Les documents seront finalisés aujourd’hui ou demain, et soumis à la FDA », a déclaré jeudi Ugur Sahin, PDG de BioNTech. Le directeur général de Pfizer avait de son côté dit mardi qu’une demande d’autorisation serait déposée très prochainement aux États-Unis. Pfizer, géant pharmaceutique américain, et BioNTech, petite société de biotechnologie allemande, ont annoncé mercredi que leur vaccin était efficace à 95 % pour prévenir la Covid-19, selon des résultats complets de leur essai clinique à grande échelle.

La FDA n’a pas dit combien de temps elle prendrait pour examiner les données sur l’efficacité et la sécurité des vaccins, les deux critères principaux. Moncef Slaoui, le responsable scientifique de l’opération « Warp Speed » (« vitesse de l’éclair »), montée par le président Donald Trump pour vacciner la population américaine, a indiqué lundi que le feu vert interviendrait sans doute en décembre.