WhatsApp a tenté mardi de rassurer ses utilisateurs, inquiets à l’idée que la messagerie ne partage davantage de données avec sa maison mère, Facebook  les nouvelles règles publiées la semaine dernière ayant suscité un mouvement de panique et des records d’inscription chez ses concurrents Signal et Telegram.

« Avec toutes les rumeurs qui circulent, nous voulons répondre à certaines des questions les plus communes que nous avons reçues », écrit WhatsApp sur son site web, dans la rubrique « sécurité et confidentialité ». « Nous voulons dire clairement que la mise à jour n’affecte en aucune façon la confidentialité des messages échangés avec vos amis et votre famille ».

Ces derniers jours, WhatsApp a demandé à ses quelque deux milliards d’utilisateurs d’accepter de nouvelles conditions d’utilisation, lui permettant de partager plus de données avec sa maison mère, Facebook, sous peine de ne plus accéder à leur compte à partir du 8 février. Les changements ne concernent que les conversations éventuelles avec des entreprises, assure WhatsApp, qui voulait « faire preuve de plus de transparence sur comment nous récoltons et utilisons les données ».

Le groupe californien, qui tire ses immenses profits de la publicité ciblée sur Facebook et Instagram, a entrepris de dégager des revenus de ses messageries, comme Messenger, en permettant aux annonceurs de contacter leurs clients, voire d’y vendre directement leurs produits, comme c’est déjà le cas en Inde, son plus grand marché avec quelque 400 millions d’utilisateurs.

Les nouvelles règles publiées la semaine dernière par WhatsApp ont suscité un mouvement de panique et des records d'inscription pour ses concurrents Signal et Telegram © AFP Lionel Bonaventure

Les nouvelles règles publiées la semaine dernière par WhatsApp ont entraîné des records d’inscription chez Signal et Telegram © AFP Lionel Bonaventure

Telegram et Signal décollent

L’opération de rattrapage arrive un peu tard : les messageries sécurisées Telegram et Signal font un carton depuis jeudi dernier.

« Durant la première semaine de janvier, Telegram a dépassé les 500 millions d’utilisateurs actifs mensuels. Puis les chiffres ont continué de grossir : 25 millions de nouveaux utilisateurs ont rejoint Telegram lors des 72 dernières heures, a déclaré mardi son fondateur russe Pavel Dourov, sur sa chaîne Telegram. Les gens ne veulent plus échanger leur vie privée contre des services gratuits. Ils ne veulent plus être pris en otage par des monopoles technologiques », a ajouté le milliardaire de 36 ans.

Fondée en 2013 par les frères Pavel et Nikolaï Dourov, créateurs auparavant du très populaire réseau social russe VKontakte, Telegram affirme faire de la sécurité sa priorité et refuse généralement de collaborer avec les autorités, ce qui lui a valu des tentatives de blocage dans certains pays, notamment en Russie.

Pour mieux conquérir ses nouveaux utilisateurs, l’application Signal, quant à elle, a même publié un tutoriel pour les aider à importer facilement leurs conversations de groupe depuis une autre application de messagerie. Si bien que l’afflux de nouvelles connexions a provoqué certains problèmes techniques entre jeudi et vendredi. « Les codes de vérification sont actuellement retardés (…) parce que beaucoup de nouvelles personnes tentent de rejoindre Signal actuellement », avait expliqué l’entreprise. 

Lancée en 2014, l’application américaine Signal est considérée par les spécialistes comme l’une des applications de messagerie les plus sécurisées du marché grâce notamment à sa capacité de chiffrer « de bout en bout » messages ou appels audios et vidéos.