Actu de science Diffusé le

Le réchauffement des océans sous-estimé

Quatre études publiées dans la revue Science montrent que le réchauffement des océans a été sous-évalué pendant 40 ans. Les projections contenues dans les rapports du Giec restent donc plus que jamais d'actualité.

Explications de Sabrina Speich, océanographe, professeure de géosciences à l'Ecole nationale supérieure de Paris

Réalisation : Yseult Berger

Production : UNIVERSCIENCE

Année de production : 2019

Durée : 2min14

Accessibilité : sous-titres français

Le réchauffement des océans sous-estimé

4 études publiées dans Science montrent que le réchauffement des océans avait été sous-évalué pendant 40 décennies. Pour la période de 1990 à 2010 par exemple Les scientifiques se seraient trompés d’un facteur 2. On passe d’une fourchette comprise entre 0,20 et 0,32 watts par m2 à une fourchette de 0,55 à 0,68 w/m2.

Sabrina Speich, Océanographe, École Normale Supérieure
« Ces valeurs sont des valeurs d’énergie émises par mètre carré, donc une unité de surface. C’est la quantité d’énergie que l’océan a absorbé à travers sa surface. Ce qui augmente aujourd’hui c’est l’énergie interne du système terrestre.

Cette évaluation erronée du réchauffement océanique s’explique notamment par des mesures insuffisantes et lacunaires. Mais dans les années 2000, les sondes autonomes ont tout changé. Aussi appelés balises Argo, ces appareils plongent jusqu’à 2000 mètres de fond et communiquent par satellite. Elles sont au nombre de 3900 aujourd’hui.

Sabrina Speich
« Avec la quantité de ces robots qu’on a mis dans l’eau, on a aujourd’hui une évaluation de la température qui est beaucoup plus fiable. Et ce réchauffement se trouve être du même ordre de grandeur de ce qui est évalué, sur l’océan, par les modèles de scenarios climatiques. Ce qui est donné par ces modèles recoupent maintenant les dernières estimations, 0,55 – 0,68, c’est exactement la fourchette qui est prédite par ces modèles. »

Cela implique un degré de confiance encore plus fort dans les projections climatiques du GIEC…

Sabrina Speich
« Alors si on regarde la courbe, qui est celle des modèles des scenarios climatiques, donc elle fait très peur, parce qu’on voit que si on ne fait rien, on va vers le scenario 8.5 du dernier rapport du GIEC, ce qui est effrayant parce l’augmentation en contenu thermique est exponentielle. Et donc ça va impacter de plus en plus vite, de manier de manière beaucoup plus importante la société avec des évènements extrêmes. »

Les auteurs de ces études nous alertent : Si nous ne contenons pas le réchauffement global en dessous de 2, le niveau des mers augmentera de 30 cm rien qu’avec la dilatation thermique de l’eau. Et les ouragans, tempêtes et pluie extrêmes ne feront qu’empirer…

Réalisation : Yseult Berger

Production : UNIVERSCIENCE

Année de production : 2019

Durée : 2min14

Accessibilité : sous-titres français