Au tableau Bernard Laponche ! Publié le , mis à jour le

Les énergies renouvelables

Feutres en main, Bernard Laponche, expert en politique énergétique, fait l’inventaire des énergies renouvelables tout en mettant l’accent sur les économies d’énergie, la combinaison de ces solutions écologiques et le développement local. 

Un épisode de la série « Au tableau Bernard Laponche ! ». 

Réalisation : Roland Cros

Production : Universcience

Année de production : 2011

Durée : 6min50

Accessibilité : sous-titres français

Les énergies renouvelables

AU TABLEAU !

Bernard Laponche

Les sources d'énergies renouvelables sont une famille de sources d'énergies issues de la nature, qui sont très différentes, par leur origine et surtout par les techniques qui sont mises en œuvre pour les utiliser. Et la première grande source renouvelable sur la Terre, c'est le Soleil, qui d'ailleurs, pour la plus grande partie n'a pas besoin forcément d'être transformé par des techniques puisqu'il nous apporte la lumière, la chaleur, et la photosynthèse, c'est-à-dire toute la vie sur la Terre. Maintenant si on veut l'utiliser au mieux, dans les activités humaines, la première chose c'est le solaire passif. C'est-à-dire, dans la construction des bâtiments, tenir compte au mieux de l'apport solaire, soit pour la lumière, soit pour la chaleur ou le rafraîchissement. Et c'est ce que l'on appelle la construction, ou l'architecture bioclimatique. La deuxième, c'est le chauffe-eau solaire, c'est-à-dire on profite de l'effet de serre, il y a une vitre et il y a une plaque noire derrière et on fait – on produit de la chaleur dans un serpentin et on peut donc avoir de la chaleur pour le chauffage ou pour l'eau chaude. Et troisièmement, c'est l'électricité, soit par production de chaleur et transformation en électricité grâce à ce que l'on appelle le solaire thermodynamique, c'est-à-dire qu'on concentre les rayons du soleil pour faire des températures assez élevées. Ou bien, le photovoltaïque, c'est-à-dire la transformation directe de la lumière en électricité, par passage sur une cellule au silicium.

Deuxièmement, les sources indirectement issues du Soleil : l’hydraulique (l’hydraulique au fil de l'eau ou l’hydraulique des barrages) et les éoliennes, (avec une transformation de la force du vent en énergie mécanique) et ensuite la transformation en électricité.

Troisièmement, la biomasse, c'est-à-dire l'utilisation du bois et des végétaux. C'est particulièrement intéressant parce qu'on peut produire par la combustion de la chaleur, (qu'on peut utiliser soit sous forme de chaleur, soit pour produire de l'électricité) on peut produire par fermentation des végétaux ou des déchets animaux du biogaz. Par exemple le biogaz à la ferme qui peut produire de la chaleur ou de l'électricité. Et on peut produire des carburants, par exemple l'éthanol, à partir de la canne à sucre au Brésil.

Quatrièmement, la géothermie, c'est-à-dire, c'est ce qui ne vient pas du Soleil mais de la chaleur de la Terre, avec production de chaleur à partir de couches d'eau à température moyenne. C'est par exemple les réseaux de chaleur dans – en Île de France, ou bien de l'électricité en utilisant de l'eau plus chaude dans les régions – dans les régions volcaniques, par exemple la centrale de Bouillante en Guadeloupe. Et également des expériences pour ce qu'on appelle la géothermie à grande profondeur, c'est-à-dire récupérer la chaleur par fracturation des roches sèches.

Et cinquièmement, mais qui sont encore très expérimentales avec quelques – un petit nombre de projets, les énergies marines qui sont la marée motrice (on utilise la force des marées), l'énergie des vagues, (l'énergie mécanique qu'on peut transformer en électricité) ou l'énergie hydraulienne, (l'utilisation des courants marins, des courants sous-marins) ou l'énergie thermique des mers, on utilise la différence de température entre la surface et la profondeur pour produire de l'électricité.

Alors ces énergies renouvelables sont développées de façon différente selon les pays. Par exemple, l'éolienne, l'éolien qui est en croissance forte actuellement c'est – c'était jusqu'ici les États-Unis et puis quelques pays européens, en particulier l'Allemagne, et aujourd'hui c'est la Chine qui a la plus grand puissance installée d'origine éolienne. En Europe, c'est effectivement un pays comme l'Allemagne qui développe le plus les énergies renouvelables mais aussi le Danemark et l'Espagne. La France étant sur ce plan, encore très en retard. Ce qui est intéressant dans le développement des énergies renouvelables au-delà de leur intérêt pour la production énergétique et surtout les principes qui doivent présider à ce développement, c'est premièrement, il faut absolument associer le développement des énergies renouvelables plus l'efficacité énergétique, c'est-à-dire les économies d'énergie. De façon à ce qu'on arrive à réduire les consommations d'énergie surtout dans les pays les plus riches, auquel cas, les énergies renouvelables peuvent prendre une part croissance – croissante et donc on a des – on aurait des systèmes énergétiques qui soient d'une part plus équilibrés et d'autre part qui n'aient – qui puissent être considérés comme stables dans le temps. Deuxièmement, il faut combiner les énergies renouvelables entre elles parce que certaines d'entre elles sont intermittentes, par exemple l'éolien, il y en a pas toujours. Alors il y a des compensations territoriales qui sont possibles d''une part, mais surtout des alliances avec l'hydraulique et la biomasse par exemple et le photovoltaïque. Donc combiner les énergies renouvelables entre elles et troisièmement, le caractère local des énergies renouvelables qui est très important parce que le pétrole, ben, il y en a pas partout, vous avez partout certaines énergies renouvelables. Le photovoltaïque, quelquefois l'éolien, l'hydraulique quand vous avez un fleuve près de chez vous. Il peut y avoir partout, presque partout de la biomasse et donc vous pouvez avoir des systèmes qui vous permettent des développements locaux, en particulier par les collectivités locales et territoriales. Et donc on peut tout à fait imaginer à la fois des développements territoriaux d'économie d'énergie et d'énergie renouvelable qui permettent une certaine autonomie énergétique, et d'autre part, tout à fait concevoir, et ça c'est nouveau, la possibilité avant la fin du XXIe siècle d'avoir, du fait qu'on ait suffisamment baissé les consommations d'énergie, avoir un système énergétique 100 % d'origine renouvelable.

Réalisation : Roland Cros

Production : Universcience

Année de production : 2011

Durée : 6min50

Accessibilité : sous-titres français