Corpus, histoire de la médecine Diffusé le

1855, Claude Bernard et le rôle du foie

Longtemps, le rôle du foie est resté énigmatique. Les Grecs anciens supposaient qu’il était le siège des émotions. Avec la découverte de la circulation sanguine au XVIIe siècle, on comprend que le foie ne produit pas le sang. Mais alors, à quoi sert-il ? Il faudra attendre le sacrifice de quelques chiens et la fameuse expérience du foie lavé de Claude Bernard pour commencer à comprendre son rôle dans la régulation de la glycémie.

Un épisode de la série « Corpus ».

Pour en savoir plus sur le corps humain : le site Corpus.

​​

Réalisation : David Ernaux

Production : Universcience, Canopé-CNDP, MGEN, Inserm, Educagri

Année de production : 2015

Durée : 2min49

Accessibilité : sous-titres français

1855, Claude Bernard et le rôle du foie

Narratrice.

-Longtemps, le foie est resté une énigme. À quoi sert-il ?

Pour les Grecs, c'était le siège des émotions.

Au Moyen Âge, on croyait qu'il était la source d'un sang particulier, le sang veineux, consommé dans les organes.

Avec la découverte de la circulation sanguine au XVIIe siècle, on sait que ce n'est pas le cas.

Il disparaît parfois des planches anatomiques. À quoi sert-il ?

1850 : Claude Bernard, père fondateur de la physiologie, commence à travailler sur les sucres dans l'organisme.

Il analyse le foie de nombreux animaux et de cadavres.

Trois ans plus tard, sa thèse est terminée et affirme...

Narrateur.

-La nature a placé dans le corps de l'animal un organe, le foie, qui fabrique le sucre avec le sang, quelle que soit la nature de l'aliment.

Narratrice.

-Le rôle du foie est clairement établi : il transforme les aliments en sucre.

L'affaire est réglée.

Mais non, étrangement, l'histoire retiendra une autre expérience faite deux ans plus tard comme preuve définitive du rôle du foie.

Narrateur.

-J'ai nourri un chien adulte vigoureux et bien portant exclusivement avec de la viande et je le sacrifiai sept heures après à un repas copieux de tripes.

Aussitôt, l'abdomen fut ouvert, le foie enlevé en évitant de blesser son tissu et cet organe, encore tout chaud, avant que le sang eût le temps de se coaguler dans ses vaisseaux, fut soumis à un lavage à l'eau froide par la veine porte.

Narratrice.

-Il s'assure ainsi que le foie ne contient plus de sucre.

Narrateur.

-J'abandonnais alors dans un vase ce foie à température ambiante.

En revenant 24 heures après, je constatais que cet organe bien lavé de son sang, que j'avais laissé privé de sucre, s'en trouvait alors pourvu très abondamment.

Narratrice.

-Claude Bernard en conclut que le foie contient une substance non soluble dans l'eau, qui sera transformée en sucre.

Il a raison, c'est le glycogène.

L'expérience baptisée "expérience du foie lavé" devient célèbre.

La thèse de 1853, complexe, s'efface devant une manipulation simple, facile à comprendre et à reproduire.

Occultant la thèse, le foie lavé devient l'expérience cruciale par laquelle Claude Bernard aurait prouvé le rôle du foie.

La science a aussi ses exploits, ses héros et ses légendes.

Réalisation : David Ernaux

Production : Universcience, Canopé-CNDP, MGEN, Inserm, Educagri

Année de production : 2015

Durée : 2min49

Accessibilité : sous-titres français