Les POM Bio à croquer Diffusé le

Alimentation et dérèglements

A l'adolescence, 30% des filles et 20% des garçons déclarent se faire vomir pour contrôler leur poids. Chez certains d'entre eux, ce chemin les conduit à l'anorexie mentale ou à la boulimie. Nathalie Godart, pédopsychiatre (Inserm), nous explique à quel moment parents et médecins doivent tirer la sonnette d'alarme.
Un épisode de la série "POM Bio à croquer".

Réalisation : Véronique Kleiner , Sylvie Allonneau

Production : Universcience, Inserm, CNDP, Picta productions

Année de production : 2013

Durée : 5min19

Accessibilité : sous-titres français

Alimentation et dérèglements

Sous titres : Nathalie Godart

Pédopsychiatre

Alimentation et Dérèglements

Voix : En fait à l’adolescence, il a beaucoup de perturbations du comportement alimentaire. Certains jeunes gens vont faire un régime, d’autres vont s’engager dans des conduites de vomissements pour pouvoir maigrir. On dit que près de 30% des jeunes filles et 20% des jeunes garçons déclare avoir vomi pour perdre du poids ou pour contrôler leur poids. Ces jeunes gens ne sont en rien anorexique ou boulimique. Mais pour certains, c’est le chemin qui va les conduire à l’anorexie mentale ou la boulimie.

L’anorexie mentale et la boulimie on des conséquences au niveau du corps comme la perte de cheveux, la peau qui est sèche ou les ongles qui cassent. Malheureusement il y a aussi d’autres conséquences qui se voient moins. Au niveau du cœur il peut y avoir des risques d’arrêts cardiaques, ou au niveau des os, ou au niveau rénale par exemple.

Sous titre : Quand s’inquiéter ?

 Voix : En fait on va s’inquiéter pour un adolescent en particulier de son état physique, et penser à une situation de maigreur quand il va quitter son couloir de croissance habituel. C’est-à-dire qu’en fait chacun d’entre nous grandit dans un rapport entre le poids et la taille qui est à peu près constant et que les pédiatres vont mesurer sur des courbes de croissance. Et quand on va voir une cassure sur la courbe de croissance ou qu’on va voir que l’indice de masse corporel chute, en fait, les médecins qui suivent les patients ont s’inquiéter.

Sous titre : Maladie à deux visages ?

Voix : L’anorexie mentale c’est un trouble qui peut être sous forme restrictive – c’est-à-dire que les jeunes gens ne mangent pas, évite de manger et ont généralement une hyperactivité physique – et une autre forme où les jeunes gens peuvent alterner des phases où ils ne mangent pas et des phases que l’on appelle des crises de boulimie avec des conduites de vomissements. Ce qui fait que l’anorexie peut avoir ces deux visages.

En fait, plus le sujet maigrit plus il va avoir une image positive de lui-même. Et l’image physique qu’il a de lui-même est très décalé par rapport à celle que les autres,  les adultes autour de lui peuvent avoir. C’est-à-dire qu’en fait généralement dans l’anorexie mentale l’adolescent se voit gros même quand il est très décharné.

Sous titre : Danger de mort ?

Voix : Le risque de mortalité dans l’anorexie mentale, il est extrêmement important. En particulier on a pu dire que le risque de mortalité il est six à douze fois plus important que dans la population de jeunes adolescents du même âge. Dans la boulimie, le risque de mortalité est aussi important, il est moins bien connu mais il est beaucoup plus important que dans la population générale.

Un des risques quand on constate qu’on a des problèmes avec l’alimentation, ce serait de n’en parler à personne et de s’enfermer sur soi-même et de laisser les choses évoluer et qu’elles deviennent plus grave.

Réalisation : Véronique Kleiner , Sylvie Allonneau

Production : Universcience, Inserm, CNDP, Picta productions

Année de production : 2013

Durée : 5min19

Accessibilité : sous-titres français